**** Charlie Caftan, Closet Case Patterns ****

Tout d’abord, je voulais vous remercier pour les petits mots que vous avez laissé sur mon dernier post concernant les partenariats et pubs sur les blogs.

J’ai peut être un peu surréagi en écrivant cet article et quelque part j’ai été rassurée de lire que vous faites largement la part des choses. Ouf, pour moi c’est un vrai soulagement, car à force de lire que toutes les blogueuses sont des vendues et qu’il faut les mettre dans le même sac, je ne savais plus comment me positionner. Me voilà donc soulagée maintenant que les choses sont dites.

Je continuerai à vous mentionner rigoureusement les patrons et/ ou tissus que je reçois gratuitement pour vous en parler ici (et également sur Instagram), pour que tout le monde se sente à l’aise.

Aujourd’hui, c’est un tissu que l’on a déjà vu partout que vous montre une énième fois à mon tour: la double gaze d’Atelier Brunette.

Alors oui, c’est un tissu qui n’est pas donné, (22,50€ le mètre sur le site de Rascol), et j’ai profité d’un bon d’achat offert par Rascol (de 30€) pour en prendre 2 mètres et donc réduire le prix de ma commande.

Ceci dit, je suis facilement influençable quand il s’agit des tendances tissus, je vous l’avoue bien volontiers, même si depuis le post de Sandra (bysandrahand sur Instagram) et quelques autres réflexions lues ici et là, j’essaye de prendre du recul sur tout ça. Bien sûr la couture est un loisir, et bien sûr chacune est libre d’acheter le tissu qui lui fait envie comme je le disais dans mon précédent article (et je le pense toujours), mais parfois, les tendances conduisent à une explosion des prix: cette double gaze coûte le même prix, au mètre, que du tissu bio, imprimé, tissé et filé en France et de grande qualité…Alors qu’elle est produite en Inde!!

Non pas que la marque s’en cache, mais bon personnellement je trouve que le prix n’est pas forcément proportionné et que l’effet de mode y est pour beaucoup…

Mais revenons à nos moutons, aujourd’hui cette double gaze je vous la montre bien volontiers car j’en suis vraiment très contente: elle n’est pas transparente, pas trop fine, je n’ai pas eu de problème quant à la tenue des petits pois brodés, et surtout elle est très confortable. Je ne peux pas vous dire mieux! On se sent très bien dedans, elle est très respirante, et je n’ai eu aucune difficulté pour la coudre.

J’espère que ce terme “double gaze” ne vous fait pas peur parce que pour le coup, elle n’est pas plus difficile à coudre qu’un autre tissu chaîne et trame, et donc parfaitement accessible à coudre si vous êtes débutante.

Les “présentations – tissus” étant faites, je vais donc rentrer dans le vif du sujet avec ma cousette du jour – et donc mon patron.

Il s’agit du Charlie caftan de closet Case Patterns. Le patron est disponible sur le site de la marque et également sur le shop en ligne Atelier Moondust, en format papier, et si vous préférez les PDF, il est également disponible en anglais mais aussi en français sur le site de la marque.

Bon les filles, je vous le dis direct, j’adore le rendu de cette robe!

Le dessin technique me plaisait déjà énormément avant de le coudre. Pourtant l’an dernier, à sa sortie, j’étais restée dubitative, je ne savais pas si j’aimais ou pas ce côté, robe de plage, pas très seyant et plutôt difficile à coudre (on y reviendra tout à l’heure) pour un usage quotidien.

 

Pourtant il faut dire que ce patron a tout pour me plaire:

-un décolleté en “V” (toujours ma forme préférée),

– une robe un peu “boxy” qui peut être très droite et épurée dans sa version courte, ou qui peut être froncée et resserrée à la taille avec un lien.

– des poches mes amis! Les poches c’est la vie, j’adore les robes avec des poches, d’autant que j’ai – TOUJOURS- un petit bébé qui est en train de me demander de prendre quelque chose dans mon sac ou mes poches!

– il y a également la version “maxi dress” de la robe, et c’est celle qui m’avait laissée dubitative lors de la sortie du patron, certainement en raison du choix du tissu qui ne m’a pas tapé dans l’oeil… Pourtant avec le recul je me dis que cette version maxi avec un tissu à imprimé tropical pourrait être carrément cool!

Si vous avez envie d’aller voir quelques inspirations pour coudre ce caftan, n’hésitez pas à jeter un oeil sur l’article du blog consacré aux inspirations ici, et je vous ai également fait une sélection Pinterest des versions que j’aime beaucoup sur un tableau dédié ici; d’ailleurs j’ai très envie d’une version gris-bleuté, je crois que ça va devenir ma nouvelle obsession!

Pour ma première version, j’ai fait pas mal le tour de la blogosphère (je suis aussi une lectrice et j’aime bien retrouver des revues de patron avant de les coudre) et je me suis aperçue qu’il n’y a quasiment aucune revue en français de ce patron, que j’ai pourtant eu l’impression de voir beaucoup passer sur Instagram et sur le net en général. Je vous propose donc aujourd’hui de partager mon expérience, mais avant ça, je voudrais vous dire que je me suis basée sur cet article en anglais avant de réaliser mon Caftan, notamment pour ce qui est du choix des tailles:

https://shoplamercerie.com/blogs/keep-up-with-us/tencel-charlie-caftan

Le résultat est très joli sur les photos, mais il y a quelques mises en garde sur le blog que je vous invite à lire. Personnellement ça m’a sauvé la mise pour ce qui est du choix des tailles: il est conseillé de ne pas négliger sa taille habituelle et de ne pas spécialement partir sur la (ou les) taille(s) en dessous.

Pourquoi? Ce patron est vraiment fait pour coudre une robe au rendu boxy, et légèrement loose: si on compare le tableau des tailles et le tableau des mesures finales du vêtement, on aurait tendance à coudre deux tailles de moins, pour éviter de se retrouver dans un sac. Je vous donne d’ailleurs les tableaux de taille et en comparaison le tableau des mesures du vêtement fini:

Et honnêtement, c’est ce que j’ai failli faire. Si je me fie au tableau des tailles, je serais plutôt une taille 18, alors que si je regarde les mesures du vêtement fini, je rentre dans une taille 14… J’ai longuement tergiversé (et soyons honnête j’ai eu la flemme de faire une toile), pour savoir quelle taille j’allais finalement prendre et cet article m’a bien aidé pour partir sur la taille 16. Je ne voulais pas un rendu trop loose, mais j’avais envie d’être à l’aise dans ma robe et surtout, de ne pas me sentir étriquée.

Je vous passe vraiment les détails mais je me suis décidée finalement sur la version B du patron: au départ, j’avais bien envie de me faire la version A, mais j’avais peur qu’en prenant une taille de moins que celle du tableau des tailles, je sois étriquée aux hanches, du coup la version B qui comprend des fronces me permettait “d’assurer le coup” au niveau des hanches et d’éviter le côté trop large qu’aurait pu avoir le vêtement en taille 18.

Brefffff, une fois que ma taille fut choisie, et ce n’était pas une mince affaire, croyez-moi, j’ai directement coupé dans mon tissu final (parfois je vis dangereusement, oui!). Et j’en profite pour vous dire que j’ai eu besoin de 2 mètres (environ, peut être un peu moins), pour coudre ma version B, courte.

Pour ce qui est de la réalisation, je ne pense pas que cette robe soit accessible aux débutants.

Le rendu hyper sobre pourrait nous faire penser le contraire, mais la principale difficulté réside dans ce grand rectangle sur le devant de la robe: certaines d’entre vous m’ont expliqué avoir rencontré des difficultés pour le coudre. Il se réalise un peu comme une grande poche passepoilée, il faut vraiment prendre son temps et être minutieux.

Vous avez un article de blog sur le site de Closet Case pour vous expliquer la marche à suivre, avec plein de photos pour vous aider ici.

Il y a également un article ici pour vous aider à faire la finition sur l’envers de ce panneau central, que personnellement j’ai fini à la main! Les coutures à la main ne sont pas parfaites, mais je ne me sentais pas de faire quelque chose de joli à la machine.

Sinon que dire de plus? Les explications sont vraiment simples et les marges de couture sont comprises: on vous indique quelle marge utiliser à chaque étape, tout ce que j’aime!

Je n’ai pas modifié la longueur où que ce soit (attention à ce détail donc si vous êtes grandes!).

Et n’oubliez pas de bien cranter au niveau de l’arrondi des manches (sous les bras) pour avoir un résultat parfait. Moi j’ai cousu à ma machine à coudre à 1,6cm et j’ai surjeté les surplus de couture.

J’ai cousu cette petite robe depuis environ un mois maintenant, je vous l’ai même montrée portée en vidéo, et je l’adore, je la porte énormément et je m’y sens très bien dedans.

J’espère que cet article vous aura été utile!!

Si le contenu de cet article vous plaît, n’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest!

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

*** Blouse Myosotis, Deer and Doe (test version grande taille) ***

Et voilà, hier, c’était le grand jour, la sortie des nouveaux patrons Deer and Doe. 

Merci, merci, merci mille fois pour tous vos messages, commentaires et petits coeurs sur les réseaux sociaux ou par messages privés, j’ai été soufflée par tant de bienveillance, et je ne sais même pas comment vous remercier, pour tout vous dire je ne m’en suis pas encore remise.

Pour moi, depuis le début de mon blog, c’est important et même essentiel que toutes les femmes se sentent représentées, du 32 au 60, je me fiche royalement des tailles, je pense que beaucoup de choses se passent plus dans la tête que dans les fringues.

Ce qui compte essentiellement pour moi, c’est également de partager avec vous mes créations, et aussi de vous montrer que même si on est ronde, on peut porter des vêtements faits mains, de jolies choses qui nous mettent en valeur.

Je suis tellement heureuse que vous soyez nombreuses à vous sentir mieux représentées par ces photos, vos messages sont un vrai coup de booster au moral et me rappellent chaque jour la raison de ma présence ici!

J’avais parlé à Deer and Doe de l’agrandissement des tailles avant qu’elles le mettent en place, car après ma grossesse, j’étais un peu au delà du 46, qui était alors la taille maximale, et comme c’est ma marque de patrons préférée du monde entier, je ne perdais rien à tenter ma chance!

Eléonore m’avait alors expliqué pour plusieurs raisons que ce n’était pas prévu, ce que je peux parfaitement comprendre, mais j’avais continué à faire partie de l’équipe de test, et Eleonore me proposait un 46+lors des tests, en fonction de mes mensurations, ce qui me convenait à merveille.

Puis finalement, quelque temps après, elle m’a recontactée pour m’expliquer qu’avec Camille elles avaient décidé de mettre en place un plus large panel de tailles, et par la même occasion, m’ont proposé de poser pour les photos du shooting.

Choc.

Joie, bonheur, mon coeur qui se décroche et qui fait boum!

Franchement, je crois que je ne m’en suis jamais vraiment remise de cette proposition, que je trouve encore tellement surréaliste. On est bien d’accord, on parle “juste” de photos mais pour moi c’est tellement important. C’est tellement important de pouvoir acheter des patrons, sans se dire qu’on est encore au dessus des tailles, qu’on va encore devoir faire des adaptation, ou qu’on va encore passer à côté d’un super patron pour quelques centimètres. La vie quotidienne nous rappelle déjà assez souvent à l’ordre, alors si on peut éviter de ressasser nos kilos quand on veut faire de la couture, ça ne peut qu’être du positif!



L’an dernier, je n’ai pas eu l’occasion de publier à ce sujet, pour la sortie du trench Luzerne et de la jupe Goji (j’avais également eu la chance de participer au shooting!), mais cette année, je tenais vraiment à remercier les filles de cet immense honneur de m’avoir proposé de faire, puis cette année de refaire les photos pour les nouveaux patrons, mais aussi les tests de chaque patron.

Je voue à Eleonore et Camille une grande admiration pour leur travail, mais également une grande affection pour les personnes qu’elles sont et que j’aime côtoyer. J’ai l’impression d’avoir trouvé de vraies amies en elles.



En tous cas le shooting et les tests de patrons étaient des expériences formidables, que je prends toujours plaisir à faire et que je garderai dans mon coeur, de la découverte des dessins techniques, en passant par la révélation du choix des tissus et des tenues, aux essayages, c’était vraiment des moments uniques. Je tiens aussi à les féliciter pour tout leur travail accompli et dont elles peuvent être très fières sur cette collection!

Bref, merci à toutes, vive les filles, les maigres, les rondes, tout le monde, et vive les patrons Deer and Doe!!

Tout ça pour en venir au vif du sujet d’aujourd’hui, la nouvelle collection, que j’adore, j’adore, j’adore.

C’est rarissime que je n’aime pas un patron Deer and Doe mais alors là je suis fan des trois!

 

Aujourd’hui on va parler de la robe Myosotis, j’ai une jolie version de la robe à proprement parler à vous montrer mais aujourd’hui je commence avec la version blouse, qui n’est pas proposée dans le patron, mais qui est super facile à réaliser, et idéale quand on n’a “que” deux mètres de tissu comme c’était le cas pour moi!

Je trouve que Myosotis est un patron versatile, et les nombreuses possibilités vous permettront de vous retrouver à coup sûr dans le patron.

Je l’ai réalisée en taille 48 et j’ai simplement enlevé le volant du bas de la version A, sinon je n’ai absolument rien changé. Elle est hyper confortable et je dormirais presque dedans.

Je sais que quand on est plus size on hésite à mettre des vêtements trop oversize de peur de l’effet parachute mais pour moi les filles ont vraiment super bien travaillé les proportions et on ne tombe pas dans cet écueil. La robe est hyper confortable sans être trop large, et cette encolure en V super féminine et travaillée donne un petit côté recherché, le petit je ne sais quoi de Deer and Doe en somme. Lors des tests, les filles étaient parties sur une version un peu plus fermée à l’encolure, et je préfère de loin cette nouvelle version qui apporte de la fraîcheur au patron !

Bref, dès que j’ai vu le dessin technique, j’ai de suite su que j’allais adorer.

Les pinces poitrine et taille, ainsi que les pinces de taille dans le dos permettent de cintrer un minimum le vêtement et de le rendre resserré juste ce qu’il faut à la taille, pour être confortable en été.

Car c’est bien une collection été ici, et franchement les robes oversize pour l’été c’est quand même le pied (je porte beaucoup  robes longues ou oversize l’été, c’est idéal pour la plage et les grosses températures!).

Sur ma version, les emmanchures sont un peu plus basses que sur la version finale, vous aurez donc de belles emmanchures sur votre version, tombant parfaitement sur les épaules.

Et si vous avez peur de trop de froufrous, la version B est parfaite pour l’été (c’est la version vichy que je porte sur les photos de la boutique et que j’aime énormément!).

J’ai cousu ma version en double gaze Atelier Brunette, achetée sur le site de mercerie Rascol, un tissu vraiment d’une qualité exceptionnelle. Autant j’ai testé la viscose et je trouvais qu’elle avait beaucoup trop tendance à froisser, autant là je suis séduite par la qualité du tissu et son rendu sur les vêtements!

J’ai cousu pour l’occasion une jupe Brume pour porter avec ma jolie blouse (qui se porte également très bien sur un jean slim au passage!) et ça me permet de vous montrer l’association des deux, qui marche plutôt bien de mon point de vue.

J’ai cousu Brume en taille 46 + 4 cm au dos, enfin plutôt aux hanches, comme expliqué dans l’article consacré aux adaptations pour Brume sur le blog de Deer and Doe.

Pour info, le site “tissu de rêve” (je ne suis pas sponsorisée, je précise!), propose des plumetis à prix très réduit en ce moment, l’occasion de faire un petit stock pour quelques versions d’été de Myosotis!

Je craque également sur les nouvelles double gaze d’atelier Brunette qui sont magnifiques et idéales pour Myosotis (toujours pas sponsorisée!).

Voilà, vous savez tout, on se retrouve très bientôt pour parler de la version robe, et également des autres patrons!