Chemise Albane Chez Machine

**** Albane, la chemise de Chez Machine****

Perrine, du blog Auguste & Septembre, m’a contactée il y a quelques temps pour me proposer une mission “Drôles de Dames”: Vous pouvez retrouver l’article chez elle en cliquant ici!

Il s’agissait donc de réaliser une chemise, le vêtement incontournable de toute garde robe!


Albane, je l’ai commandée il y a presque un an (je viens de vérifier et je l’ai commandée le 12 avril 2018… Oui, oui, je suis lente à la détente).
Allez savoir pourquoi, j’étais passée complètement à côté lors de sa sortie. Oh, j’avais bien du la croiser sur Instagram, mais bizarrement, je ne m’étais jamais arrêtée plus que ça dessus.
Et pourtant… Elle a de nombreux détails que j’adore et je crois que c’est surtout le kit pour rajouter des pattes et des poches pour en faire une chemise plus “safari” qui m’ont fait craquer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour vous la restituer un peu dans le contexte, voici le dessin technique d’Albane, dans sa version originelle (petite précision, pour télécharger les poches à plis plats et les pattes d’épaule et de manches, il faudra aller ici).


Une jolie chemise, très simple sur le devant, deux poches et un dos légèrement cintré, tout en restant assez confortable. Les détails de la chemise sont tous là (fente capucin, col et pied de col), donc c’est une pièce tout de même assez technique! Personnellement, j’ai opté pour l’extension proposée par chez Machine, avec poches à pli plat, ainsi que les pattes d’épaules et de manches (que j’ai finalement oublié de coudre: l’étape n’est pas précisée dans le carnet d’explications et j’ai purement zappé… Je n’ai posé qu’une des deux poches car je préfère le côté asymétrique de la chemise.

C’est en traînant un peu chez Perrine (j’aime tellement son style et ses cousettes), que je suis retombée sur Albane. A partir de ce moment là, je n’ai eu de cesse de scruter toutes les versions, tombant amoureuse à chaque coin de rue, et me disant que décidément, c’est le patron qu’il me faut: j’adore porter des chemises et jusqu’à maintenant, je n’ai pas encore trouvé mon patron préféré pour ce vêtement.

La chemise est pourtant un vêtement au top du confort, que je trouve tellement versatile: chic ou décontractée selon l’étoffe que l’on choisit, selon la façon dont on la porte (en tant que chemise ou en tant que veste, complètement fermée ou très décolletée avec un body en dessous…), mille possibilités s’offrent à nous et je trouve que c’est vraiment un vêtement à avoir dans sa garde robe. Les miennes sont toutes trop petites (snif), car je les ai faites avant ma dernière grossesse, ou bien je n’ai pas pris une taille assez large. Bref, je peux me permettre d’en coudre quelques unes avant d’arriver à l’overdose!

J’en profite pour vous proposer de consulter le # Chezalbanepattern pour voir de jolies versions: j’ai eu un énorme coup de coeur pour la version robe kaki d’Addictiph, la version en plumetis noire de Simone, et la version blanche de Perrine… Bref, je les aime toutes!

J’avais profité de l’envoi par Aurélie de patrons “test” pour passer la commande d’Albane en même temps et depuis, je veux absolument me la coudre. Me la coudre, oui, mais pas n’importe comment. Pas à l’arrache, pas vite fait, et pas mal fait… Alors j’ai attendu… Le bon moment, le bon tissu.
Je vous en avais déjà parlé ici dans ma liste des envies pour l’hiver, et je l’imaginais dans un plumetis gris (en ce moment, je fais un léger blocage sur le gris mais je trouve que ma garde-robe en manque, et j’essaye de remédier à ce trou béant-ou presque!). J’ai donc gardé ce joli plumetis dans l’espoir de le dédier à Albane, mais je ne passais pas à l’action.

J’avais peur qu’il soit transparent comme l’a été ma robe Myosotis puisqu’ils ont été commandés sur le même site en même temps. Et puis c’est une chemise, une pièce un peu technique, même si elle n’est pas insurmontable, il faut s’y mettre, être patiente et minutieuse…

Alors j’ai proscrastiné, un peu pour toutes ces raisons… Puis quand même, j’en avais envie de cette chemise, mais je procrastinais encore, mais j’en avais envie…

Bref, le cercle vicieux, duquel m’a sortie elle même Perrine, l’instigatrice d’Albane avec Chez Machine. Et oui, c’est bien en collaboration avec elle qu’Aurélie avait proposé ce patron lors de sa sortie. Lorsqu’elle m’a proposé une mission “chemise” sur son blog (en très belle compagnie en plus!), je ne pouvais que choisir Albane, et mettre à exécution mon projet!

Je me suis donc lancée dans la chemise, en me disant que si elle était trop transparente, je la porterais alors comme une surchemise avec un débardeur en dessous. C’est quand même pas grand chose à dépasser, cette peur de transparence au final! J’ai quand même hésité avec le patron Liseron d’Atelier Scammit, qui me tentait également mais je me suis voulue raisonnable en choisissant un patron que j’avais déjà.

Je suis partie sur la taille 48, élargie aux hanches à la taille 50, je n’ai fait aucune autre modification (à part l’oubli des pattes de manche et d’épaule…).

Et je me suis appliquée, plus que jamais! Je suis super heureuse de mes finitions et de mes surpiqures, j’ai pris mon temps, tout est à sa place, j’ai vraiment bien travaillé les petites fentes capucin et j’en suis ravie. Le fit est vraiment top pour moi, elle est large juste comme il faut (le 50 n’est pas de trop pour mes hanches et mes fesses), et je la trouve vraiment confortable à porter. J’aime beaucoup les découpes dans le dos qui la rendent très féminine, et contrastent avec le devant plus classique. Cette petite pointe sur le haut du dos est du plus bel effet, bref, j’aime beaucoup le rendu.
Seul ratage (il en faut bien un dans chaque projet), ce sont mes boutonnières, que je n’ai pas fait assez longues. Je ne vous raconte pas la galère pour enfiler les boutons… J’ai eu l’impression que tout allait craquer. Je peux vous assurer que je ne vais pas les désenfiler et les renfiler tous les jours (en bonne fainéante je vais juste passer la chemise par la tête!). J’ai également zappé le premier bouton du haut (celui qui se trouve sur le pied de col), car je déteste les cols fermés.

Je pense que le plumetis de coton sur lequel j’ai jeté mon dévolu y est pour beaucoup. Je le trouve très souple, assez fin, idéal pour l’été et donc un bonheur à porter. Il est très léger, donc je ne peux pas le porter seul en cette saison, mais le soleil arrive et il sera vraiment au top pour le printemps et le début d’été. Pour tout vous dire, je l’imagine parfaitement avec un pantalon noir (le Arenite de Sew Liberated en lin noir serait parfait). Je n’ai plus qu’à m’y mettre, comme d’habitude!

Les manches étaient trop longues pour moi (c’est le problème que je rencontre assez souvent, souvenez-vous de ma robe Suun), et les poignets un poil trop larges, j’ai décidé pour réduire l’ampleur du poignet de manche de ne pas faire de boutonnière et de coudre le bouton directement sur le poignet en le resserrant un peu.



J’ai également fait à ma sauce pour le placement des boutons .Ce sont des boutons de la marque Atelier Camélir, qui sont de toute beauté, je les avais achetés à la Grande Mercerie en Novembre, et sur Etsy pour le second set, j’arrive donc au bout de mon stock, et j’en rachèterai volontiers car j’adore son travail:j’en avais utilisé une partie pour ma jupe chardon, et il m’en reste à peine 4 après Albane. Je trouve qu’ils apportent une touche orginale pour casser un peu le côté classique de la chemise.
J’aime énormément cette couleur entre le gris et le taupe, qui va avec tout! Je pense qu’elle sera très souvent portée, mais bien sûr je vous ferai un retour à ce sujet!

Chemise Albane Chez Machine

Si vous avez envie de voir les réalisations de mes partner in crime, c’est ici chez Perrine dans sa section “Drôles de Dames”! Un grand merci à elle d’avoir pensé à moi, cet exercice était un régal (même si j’ai très très envie de me coudre mille autre chemises maintenant, notamment une Liseron d’Atelier Scammit!).

**** Brune, la petite dernière de Chez Machine ****

**** Brune, la petite dernière de Chez Machine ****

Certaines diront qu’il était temps, mais comme on dit mieux vaut tard que jamais, aujourd’hui je vous présente un des derniers patrons de la marque Chez Machine, la robe Brune, sortie en novembre à l’occasion du salon créations et Savoir Faire.

Robe Brune Chez Machine
Robe Brune Chez Machine

Comme vous le savez si vous me suivez depuis un moment, je teste régulièrement les nouveaux patrons de Chez Machine. Cette collection n’a pas fait exception, et j’ai eu le plaisir de tester cette fois la robe Maya ainsi que la robe tee-shirt Brune. Lorsque je procède à un test, désormais, je fais systématiquement une toile afin de vérifier le tomber du vêtement, du coup, pour vous en parler sur le blog, généralement je couds une version définitive du vêtement et je n’ai pas toujours le temps de vous le proposer en temps et en heure pour la sortie. Cette fois, le salon CSF étant passé par là, il m’aura fallu une longue période avant que je puisse vous présenter ma version de Brune tout d’abord.

Robe Brune Chez Machine

Je ne vous parlerai pas de Maya dans cet article, car elle a été déjà très bien présentée sur d’autres blogs de couture, et je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’en recoudre une version. Vous pouvez néanmoins voir son rendu sur moi sur le site de la marque puisque Aurélie m’a proposé d’être le “mannequin” pour Maya, en version robe ET en version tunique!

Robe Brune Chez Machine
Robe Brune Chez Machine

Petit aparté à ce sujet tout de même: j’aime beaucoup Maya, même si comme je l’avais expliqué dans mon dernier podcast en date, sa coupe me laissait dubitative au départ (#teamtaillecintrée). Finalement les versions définitives cousues pour les photos m’ont finalement énormément convaincues, le choix du tissu y est forcément pour beaucoup (ma toile n’était pas suffisamment fluide je pense).

Pour ce qui est de Brune, c’est différent, le dessin technique m’avait énormément plu mais alors ma version de test m’avait refroidie. Brune est une robe tee-shirt loose qui est un peu parfaite pour les jours où l’on a envie de cocooning: une coupe oversize, des emmanchures tombantes, et un vêtement en jersey pour le confort. Sur le papier elle a tout bon. Sans que ce patron soit d’une originalité folle, j’ai beaucoup aimé le concept: je ne dis jamais non à un vêtement confortable. Il est même possible de rajouter des volants aux manches pour donner un petit côté chic à Brune.

Robe Brune Chez Machine
Robe Brune Chez Machine

Comme je vous le disais donc, j’étais convaincue sur le papier mais ma version de test était bof. Trop courte, l’encolure un peu trop près du cou pour moi: j’ai fait ma petite liste de recommandations à Aurélie, qu’elle a suivies et puis, je n’ai pas eu le temps de me refaire une version définitive (comprendre, moins courte et avec une encolure plus dégagée). Je n’étais toujours pas convaincue par les volants aux manches (je ne suis pas très volants), mais j’étais tout de même convaincue par le potentiel “basique” du patron (tee shirt, robe, manches courtes ou longues, avec ou sans volants…)


Robe Brune Chez Machine

Puis vient le CSF, pendant lequel j’ai aidé un peu sur le stand Chez Machine. Et là le coup de coeur, Aurélie avait fait deux versions de présentation de Brune (l’une noire avec manches longues et volants, l’autre dans un tissu également foncé et à grosses fleurs, toujours à manches longues et volants). En voyant ces versions sur les portants, j’ai vraiment changé d’avis sur la présence des volants, puis en voyant Aurélie porter Brune, je me suis dit “il me faut une version à volants”. Ce fut donc chose faite quand je suis rentrée.

J’ai choisi un jersey Milano (avec un tomber assez lourd donc), de couleur kaki, qui provient d’un magasin local (j’ai envie d’un dressing complet de couleur en kaki en ce moment, comme vous pourrez le constater prochainement!), et je suis partie sur une taille 48, que j’ai rallongée pour me sentir plus à l’aise (environ 3-4 cm). Brune est une robe vraiment courte, et je vous conseille de checker la longueur avant de vous lancer car la version du patron est un peu courte sur moi, et je ne mesure qu’1m61. Bien sûr, tout ceci est une affaire de goût personnel, mais dans un vêtement conçu pour être à l’aise, je préfère personnellement être à l’aise en longueur ET en largeur.

A ce sujet, je me permets un petit aparté: comme l’a souligné Perrine dans son article (je craque pour ses versions, je crois que c’est encore plus joli sans les volants!), il semblerait que la ligne Allonger/raccourcir ait été oubliée sur le patron, et Aurélie s’est engagée à la rajouter pour les prochains. Personnellement, je ne m’en suis pas aperçue lors du test car je l’ai réalisé un peu en urgence, mais de mon point de vue, ce n’est pas un oubli gravissime. Parenthèse fermée, mais sachez qu’il est quand même mieux de rallonger vos pièces en fonction de cette ligne et non en rajoutant quelques cm en bas de votre pièce devant.

J’ai donc cousu Brune quasi totalement à l’aide de ma recouvreuse. Pour cette fois, je me suis passée de l’aiguille double pour les ourlets (#flemme), j’ai simplement réalisé une surpiqure avec le point extensible de ma machine. Une cousette extrêmement rapide et simple à réaliser, sans les volants c’est vraiment à coudre les yeux fermés! Pour tout vous dire, je n’ai même pas lu les explications, ce sont exactement les mêmes étapes à suivre pour tout top en jersey, donc je n’ai même pas réfléchi à essayer de suivre des étapes. Pour les mamans qui passent par ici et qui n’ont pas le temps, ou toutes les autres qui sont super actives et débordées, je vous conseille vraiment ce patron, qui aurait pu entrer dans mon article “5 patrons débutants disponibles en grande taille”.

Le point extensible de ma machine à coudre

Finalement, quand j’ai passé la robe, je n’étais pas convaincue. La coupe globale me plaît, mes ces volants?!? Je ne sais pas, je crois que les volants ne sont définitivement pas pour moi. J’ai l’impression que ça me rajoute énormément de volume sur les bras (et je n’ai pas besoin de plus de volume je crois!). Ma maman a pourtant aimé cette robe, mais je crois qu’en ce qui me concerne, je n’ai pas l’habitude!! Bref, je vais voir si je la porte beaucoup ou pas, et je vous en donnerai des nouvelles. Tout ça pour vous dire que ce qui va très très bien aux copines n’est pas pour nous forcément !

J’ai testé de porter les volants sous un pull et ça ne gêne pas du tout, point important puisque nous sommes en hiver et que personnellement, une robe en jersey, fut-il Milano, n’est pas assez chaude. Pour la porter seule, préférez plutôt un jersey de laine vraiment épais. Cela donnera vraiment un très joli tomber à la robe et vous serez bien au chaud!

En attendant, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en me laissant un petit commentaire.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à l’épingler sur Pinterest, et n’oubliez pas non plus de vous abonner à la newsletter, dans la colonne de droite!

Robe Brune Chez Machine

*** Nunki, le top de chez Machine x Plumti Lab ***

On continue la semaine avec encore un thème hirondelles et cette fois c’est mon un joli imprimé sur une cousette bien estivale!

Petit point hirondelles au passage (si vous avez lu mon article précédent): elles ont bien tenté de faire un nid dans ma chambre!!

 

Mais revenons à notre cousette du jour, Aurélie a commencé à présenter il y a quelques jours la nouvelle collection des patrons Chez Machine sur Instagram, et on dirait que le top Nunki que je vais vous présenter aujourd’hui vous a énormément plu. Je vous avoue que j’ai aussi eu un coup de coeur pour ce top dès la réception du dessin technique!

Comme pour la précédente collection, Aurélie m’a fait confiance pour tester les patrons et je la remercie infiniment!


Il faut dire que mes premiers tests pour Aurélie l’an dernier, à la sortie du patron Clarisse 2.0 auraient pu être meilleurs, j’étais débordée de travail et j’avais rendu mes copies en retard… Pourtant j’ai adoré faire ces tests et j’aime beaucoup cette nouvelle Clarisse (d’ailleurs quelque chose me dit que je vous en reparle très vite, et que vous pouvez voir ma version sur le site de chez machine!!).

Cette fois j’ai rendu ma copie en temps et en heure! Ouf!

Je vous présente donc le joli top Nunki issu de la collaboration entre Chez Machine et Plumti Lab! A chaque nouvelle collection, Aurélie choisir une blogueuse pour faire un patron en collaboration avec elle.

J’ai adoré la chemise Albane, en collaboration avec Auguste et Septembre (filez voir le blog de Perrine car elle a une classe que j’admire!) que j’ai dans mes étagères et que j’espère pouvoir coudre très bientôt, puis ce fut la robe Raphaelle lors de la dernière collaboration avec la jolie Tiphaine, du blog Addictiph. Bref, ces collaborations sont toujours super bien choisies, et le résultat est top.

Cette fois encore, le top Nunki est vraiment un succès pour moi: un joli top d’été très facile à réaliser, avec un empiècement devant qui le rend très fluide et agréable à porter, et un dos un peu plus ajusté mais qui a quand même un petit volant sur le bas. Un combo très féminin et délicat, idéal pour l’été, la plage, les vacances, le soleil, les mojitos en terrasse… Qui a dit que je manquais de soleil?!

Ce que j’aime chez Chez Machine c’est son éventail de tailles: depuis la création de sa marque, elle s’intéresse à tout le monde! C’est hyper important pour moi comme vous le savez! Les tailles vont désormais du 32 (c’est important de s’intéresser autant aux petites tailles qu’aux grandes), au 56, de quoi y trouver son compte sans aucun doute!

Et j’aime encore plus qu’elle fasse les photos de ses patrons sur de vraies grandes tailles (on en parle des “mannequins grandes tailles” chez les marques du prêt à porter mais qui n’ont pas de ventre ni de cuisses ni pas grand chose de grand à part la hauteur??? non, on en parle pas hein!), et sa mannequin grande taille est magnifique!!!!




Bref, j’adore ses photos, j’adore son état d’esprit et je rajoute qu’Aurélie est une personne adorable, et ça fait du bien!

Si vous êtes passées à côté, je profite de cet article pour vous informer qu’elle a fait une jolie collaboration avec la marque Nuante Lingerie, Chez Machine propose un patron de Kimono, et Nuantine Lingerie propose le patron du maillot de bain, qui d’ailleurs est vraiment très joli (mais qui du coup s’arrête à la taille 46, et c’est un peu dommage, snif!).

Bref, si ça vous intéresse, je vous invite quand même à aller voir cette jolie séance photo pour présenter ce pack (moi aussi je veux partir les cheveux au vent en combi VW!).

Mais je déborde un peu de mon sujet, parce que je suis là pour vous présenter la nouvelle collection, dont la sortie a été présentée ce matin (je crois que les expéditions de patrons commencent à partir du 11 juin, n’hésitez pas à aller vérifier ça chez Aurélie!).

Pour ce top, attention, NE VOUS FIEZ PAS SEULEMENT A VOTRE TOUR DE POITRINE, il faut absolument mesurer votre carrure! C’est LA mesure à prendre en compte pour réaliser Nunki, s’il ne faut mesurer qu’une seule chose c’est ça et en conséquence, je suis partie sur la taille 46 (et non sur ma taille habituelle 48!). Aurélie, j’espère que tu es fière de moi, j’ai retenu la leçon !

Si vous ne savez pas comment mesurer votre carrure, je vous invite à regarder ce cours gratuit chez Artesane, super clair et bien expliqué, qui vous servira d’une manière générale à bien prendre vos mesures.  C’est indispensable pour réaliser une couture qui vous va: il ne faut jamais se fier à la taille à coudre mais toujours au TABLEAU des tailles.


A ce sujet, je vais faire une petite aparté: on me demande souvent de faire un article sur “comment taille telle ou telle taille de patron”.

Réponse: pas de réponse!

Certaines marques sont plutôt faites pour les silhouttes en sablier (Deer and Doe), certaines marques sont plutôt faites pour les silhouettes en H (République du chiffon ou Ivanne S qui proposent des patrons moins cintrés), mais globalement quand on coud il faut OUBLIER sa taille du commerce (oui, je sais que c’est parfois déroutant ou difficile d’en faire abstraction) ou même la taille que l’on a l’habitude de coudre avec telle ou telle marque. Il faut partir de presque zéro, se mesurer dans tous les sens et comparer LE MAXIMUM de vos mesures avec le tableau des tailles de la marque que vous avez envie de coudre. Ça vaut vraiment le coup pour avoir des vêtements adaptés à votre corps, à votre morphologie! Si vous êtes entre plusieurs tailles, il faut faire le tri:

  • si vous cousez un top, comme ici Nunki, prendre en compte la carrure suffit (à titre indicatif vous pouvez prendre aussi votre tour de poitrine mais logiquement ça n’a pas d’impact car au niveau de la poitrine le top est trèèèès fluide!): pas besoin du tour de hanches, du tour de taille. Ces mesures seront superflues!
  • Idem, si vous envisagez de faire un pantalon, il vaut mieux se concentrer sur le tour de hanches, et le tour de taille: le tour de poitrine n’aura pas de grand intérêt là encore!

Bref, une fois toutes ces considérations de prises de mesures respectées, ça va tout seul! La réalisation est facile et très rapide et personnellement, je suis ravie du résultat, je la porte au quotidien, avec un jean ou une jupe NUNKI est top!

Je pense que d’une manière générale le patron est joli avec pas mal d’options de tissus,

Si vous souhaitez un rendu très fluide pour que le tomber ne soit pas trop large, l’idéal sera de prendre une viscose. Ceci dit, j’ai vu des versions avec le tissu qui se tient un peu plus et je trouve ça très beau aussi!

Personnellement, je suis partie sur une cotonnade très fine, qui sera vraiment bien pour l’était qui vient d’un magasin de laines et tissu local (ce genre de tissu est à la mode au niveau motif, vous en trouverez un peu partout). Je pense qu’un mètre suffit à réaliser ce joli top: j’avais un coupon d’1mètres 20 et j’ai un petit reste de tissu après avoir coupé dedans.

Je vous avoue que pour vous présenter Nunki je comptais faire une autre version, en double gaze stardust Atelier brunette blanche, mais Aurélie a choisi ce même tissu pour la version de présentation, c’était un peu dommage de vous présenter un copier coller. Je sais pas si j’ai eu envie inconsciemment de reproduire ce que j’avais vu du shooting mais je pense aussi que ce tissu est parfait pour Nunki! Bref, je vous présente ma version initiale, que j’aime beaucoup beaucoup. Elle reste identique au patron, pour les tests, on ne fait aucun changement, et globalement je pense que c’est un patron à refaire à l’infini pour l’été!!

 

Je vous retrouve très bientôt pour vous parler de Mana, la jolie robe de la collection!