*** I smell snow, le châle de Melody Hoffman (bmandarines) ***

Bon,il faut se faire une raison je crois, le beau temps n’est toujours pas là.

Ça tombe presque bien, car je vous présente mon tout dernier châle, qui finalement se trouve être un peu de saison.

J’aime beaucoup le travail de Mélody Hoffmann, alias bmandarines sur Instagram: son univers très doux, rustique et simple me parle énormément. Elle va toujours à l’essentiel dans ses patrons, et ils sont très épurés et délicats, bref j’ai un vrai intérêt pour son travail, ses dentelles et ses designs originaux mais pas excentriques.

Jusqu’ici je n’avais pas eu l’occasion de tricoter un de ses designs, car j’ai toujours un projet qui s’est intercalé entre temps. Mais il y a peu, Melody proposait le patron “i smell snow”, et là, gros gros coup de coeur, il me le fallait sur les aiguilles.


Je ne sais pas si c’est parlant sur les photos, mais il est vraiment immense!!!! Je pense même que ce patron peut se tricoter en tant que couverture pour bébé ou petit plaid pour se réchauffer pendant les soirées d’hiver sur le canapé avec un bon thé.



 

C’est un joli châle tout simple, ajouré, en deux couleurs (une couleur pour chaque moitié de châle) et en forme de carré, porté replié en deux au niveau de la diagonale. On se retrouve donc avec un châle triangulaire qui a deux épaisseurs, chacune d’une couleur différente. J’ai vu beaucoup de versions qui ont été tricotées en version “fade” (dégradées) qui sont vraiment très jolies. D’ailleurs j’ai beaucoup aimé la version de Mathilde et également celle d’Amélie, toute douce en nuances de rose! Amélie a d’ailleurs organisé un kal, le KAL Simplicity (pour tricoter à plusieurs et pouvoir s’entraider), vous pouvez retrouver la discussion ici et il me semble qu’il est toujours en cours.

 



Je vous avoue que j’ai un peu déchanté quand j’ai vu que ce joli châle se tricotait avec 4 écheveaux entiers! Jusqu’alors je n’ai jamais fait de châle à plus de 3 écheveaux, et pas forcément utilisés entiers. Généralement, c’est plutôt deux écheveaux complets, pour avoir un résultat un minimum couvrant mais un ouvrage pas trop long à faire!

Cette fois c’était 4 écheveaux complets pour pouvoir tricoter le châle et je me suis posée sincèrement la question du prix: c’est la même quantité que pour un pull et les écheveaux teints à la main ne sont pas donnés… Mais bon, cet hiver j’ai constaté que je portais plus facilement des grosses écharpes que des châles, pas toujours assez chauds, je me suis dit que c’était l’occasion de se tricoter un gros châle doudou!

J’ai donc regardé dans mon stash (mon stock de laine est indécent, j’ai arrêté d’acheter parce que je ne tricote pas aussi vite que je n’achète!) pour voir si je pouvais utiliser mes écheveaux déjà dans mes placards. J’ai trouvé mon bonheur avec des laines de La Bien Aimée, en qualité single (encore et toujours de la single). Ces écheveaux faisaient partie d’un kit “faded” que j’avais acheté et qui était destiné à faite un pull avec ces jolies laines (le so faded sweater de Andrea Mowry), mais finalement j’ai changé d’avis: je ne pense pas porter un pull avec autant de dégradés de couleurs… Qu’à cela ne tienne, sur un châle c’est quand même beaucoup plus facile à porter au quotidien.

J’ai donc utilisé les deux gris les plus clairs pour ma première moitié de châle (couleurs parchment et driftood graffiti), l’un plutôt uni et l’autre avec des speckles de couleur moutarde qui font doucement la transition avec l’autre moitié pour laquelle j’ai choisi un gris foncé, à speckles moutarde-rouille (san tokki) et un noir profond (je ne me souviens plus du nom…).

Cette laine est d’une douceur absolue et elle n’a absolument pas dégorgé au blocage, je n’ai eu aucun souci. Elle s’est bien assouplie au blocage et elle est vraiment parfaite pour porter autour du cou!

 

J’avais très envie d’un châle avec des couleurs très passe-partout, du gris et du noir, pour pouvoir le porter avec un maximum de tenues. J’ai souvent tendance à adorer les couleurs mais parfois un peu de sobriété ne fait pas de mal.

La transition de couleurs a été faite sur quelques rangs pour ne pas avoir trop de démarcation mais bien sûr je n’avais pas assez de couleurs pour un rendu très très fondu. on voit donc bien les transitions mais je suis contente de mon enchaînement de couleurs.

Pour ce qui est du patron, il est en anglais, mais il est vraiment très facile à comprendre! Si vous souhaitez vous lancer, je ne peux que vous conseiller le livre de Lise Tailor, ” je me mets au tricot”,  qui comprend un super lexique de traduction français-anglais des termes tricot et qui vous permettra de vous lancer.

Un seul bémol pour moi concernant ce patron: mes écheveaux mesuraient tous 366 mètres (400 yards) et je n’ai pas eu assez de laine pour finir… Grosse déception quand j’ai vu que j’allais manquer de laine avant la fin et avant d’avoir fait les pompons…

Si vous tricotez un échantillon, je vous conseille fortement de le conserver pour pouvoir le défaire par la suite et l’utiliser pour tricoter votre châle avec, car personnellement j’ai eu besoin de toute ma laine pour la première moitié (2 écheveaux entiers sur lesquels il me reste environ 1 mètre…) et je n’ai pas eu assez de laine pour la seconde partie… J’ai du réduire considérablement mes derniers rangs noirs et faire beaucoup plus de diminutions que prévu pour pouvoir finir mon châle.

Résultat: je n’ai plus de fil pour faire les petits pompons prévus dans le patron… Je suis un peu déçue, je vous l’avoue, ces petits pompons font partie intégrante du design à mon sens…

Je n’ai pas les bonnes couleurs dans mes autres restes pour pouvoir faire ces pompons et franchement, je n’ai pas envie d’entamer un cinquième écheveau pour ce châle. Au final, je porterai le châle tel quel mais je suis vraiment déçue de n’avoir pas pu réaliser le design, en ayant pourtant pris le nombre d’écheveaux demandés dans le patron… 

*** Test du pull Svelge de Lilofil (Laine Magazine 5) ***

Aujourd’hui, il fait moche, il pleut et il y a de l’orage, alors je n’ai qu’une seule envie, m’emmitoufler dans ma couette devant une bonne série (au passage, je suis tombée amoureuse de La Casa de Papel, et je n’ai qu’une seule chose à vous dire si vous ne l’avez pas vue, foncez-y ! c’est très bien fait, ça change tellement des séries qu’on a l’habitude de regarder, vous m’en direz des nouvelles!), une délicieuse tasse de thé bien chaude, et mon tricot (en ce moment sur mes aiguilles, c’est le Gilet Lady Mademoiselle Dandelion de Along avec Anna), et pour me réchauffer je porte le joli pull dont je vais vous parler aujourd’hui.

Ce pull porte le joli nom de Svelge, qui signifie Hirondelle, ce qui est assez drôle car j’ai actuellement un couple d’hirondelle à la maison, qui rentre tous les jours dans ma chambre dès que j’ouvre la fenêtre le matin, et nous régale de leur joli chant, y’a plus qu’à espérer qu’elle ne vont pas y élire domicile pour faire un nid!.

Cet hiver, Bérangère alias Lilofil m’a proposé de tester un patron de châle, le Lil Brioche, dont je vous avais parlé ici, ainsi qu’un patron de pull.

J’ai dit oui (avec un immense plaisir) pour les deux tests, mais je n’ai pas pu tenir la deadline du pull, car j’ai cumulé quelques soucis de santé à ce moment là … Bref, j’ai décidé du coup d’arrêter les tests de tricot car mon “rendement” est trop aléatoire pour être fiable et j’étais vraiment dans mes petits souliers et confuse de ne pas avoir tenu cet engagement.

Ceci dit, si j’ai accepté de participer à ce test, c’est surtout au départ que j’ai été conquise par le dessin technique de ce patron: un pull loose, avec moins d’aisance que le boxy de joli Locatelli (qui lui, pour le coup est peut être un peu trop loose, ce qui fait que j’ai tendance à peu porter le mien), mais qui est suffisamment large pour être super confortable, et surtout, surtout, il a un décolleté en “V”, ma forme d’encolure préférée, agrémentée d’une dentelle délicate en laine mohair contrastante: tout ce que j’aime.

Il faut dire que je ne suis pas objective avec les designs de Bérangère, je vous l’ai déjà dit mais son travail me parle énormément, je trouve que ses patrons sont bien taillés et vont à l’essentiel. Je ne suis pas la seule à le penser, visiblement, car ce design a été sélectionné pour faire partie du célèbre Laine Magazine. J’étais sincèrement bluffée quand j’ai appris cette nouvelle et je tiens à féliciter Bérangère pour ce travail et cette sélection: ce magazine finlandais est véritablement une référence en termes de patrons de tricot, et sa sortie est toujours très attendue dans le monde du tricot.

Je vous laisse aller voir les photos et designs du magazine ici, mais je trouve que le patron est particulièrement mis en valeur et la version de Bérangère est à tomber! La laine utilisée par Bérangère et préconisée par le patron est de la Shetland Fine de l’Echappée Belle, mais en ce qui me concerne j’avais très envie d’utiliser mon stock et j’ai choisi la laine The Woolly Skein (la même marque que mon châle Syrma, et dont je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais sur l’article dédié au châle), couleur Cappuccino, et en gamme “Single Lady” (encore de la laine Single non retordue! J’y peux rien, je l’adore, avec son petit duvet elle rend le tricot tellement doux, et je n’ai toujours pas de trous ou de feutrages à déplorer sur mes ouvrages donc je continue à l’utiliser). Je vous confirme tout le bien que je pense de cette laine et même plus: sur un pull comme celui ci on voit clairement qu’elle a un très joli drapé, elle est vraiment très douce après le blocage, j’envisage sérieusement d’autres ouvrages avec cette jolie laine!

Le pull est vraiment canon dans cette couleur mais je le vois aussi en gris, en noir comme Simone ou encore en Bordeaux, bref pour moi c’est un patron de basique vraiment très délicat et passe partout.

Mon erreur a été de ne pas alterner les écheveaux (bouuuuhhhhh pas bien!!!!) et de changer d’écheveau au moment de l’encolure, ce qui me vaut une belle démarcation sur le devant. J’aime mon pull tel quel mais si vous n’aimez pas les démarcations, pensez à alterner!!!

Le pull se construit du bas vers le haut (c’est donc un patron “bottom-up”), je sais que beaucoup n’aiment pas cette construction mais personnellement elle ne me pose pas de problème.

J’ai donc monté les mailles sur des aiguilles circulaires de taille 3,75mm, normalement la taille d’aiguilles prévue par le patron est de 3,5mm mais je tricote vraiment serré donc j’ai du changer de taille d’aiguilles pour avoir le bon échantillon.

Au passage, je me note dans un petit coin de la tête le nombre de mailles à monter car pour moi c’est la largeur parfaite pour un pull boxy, 140 cm de largeur, soit 25 cm d’aisance pour la taille XL que j’ai choisie.

Ensuite, on fait quelques rangs de mailles torses (sur 5 cm, c’est une hauteur de cotes suffisamment importante qui est bien calculée pour éviter que les côtes ne “rebiquent” ce qui est le cas sur mon pull Boxy), puis du jersey en rond pendant des kilomètres et des kilomètres, et ensuite vient la séparation du tricot entre le devant et le dos (à ce moment là il faut alors tricoter en aller-retour). Bon, les filles, soyons claires, les mailles torses c’est juste trop joli! C’est beaucoup plus joli que des cotes torses normales: personnellement quand j’ai des côtes à faire désormais je fais systématiquement des côtes torses, elles sont beaucoup plus définies et délicates que les côtes normales!

C’est après cette séparation devant-dos que se forme l’encolure sur le devant. Ici encore, j’ai apprécié le patron car il n’y a aucun relevage de mailles à faire: la dentelle se construit et se tricote en même temps que l’encolure! C’était tout nouveau pour moi, je ne connaissais absolument pas cette technique! Au départ je ne m’y attendais pas, mais c’est vraiment très bien pensé et expliqué, je n’ai eu aucune difficulé et en suivant bien les explications vous ne rencontrerez aucun souci.

La seule chose à laquelle je vous recommande d’être attentif.ve, c’est de ne pas trop serrer les mailles: j’ai beaucoup trop serré mon rabattage et ça se voit un peu sur les photos, et quand il est porté également. Je ne l’ai pas repris car j’ai peur d’abîmer ma dentelle en défaisant le rang de rabattage mais ça aurait mérité un peu plus de souplesse pour s’approcher du rendu que l’on voit sur les photos de présentation du patron.

Petite précision concernant l’encolure, il y a deux possibilités pour la profondeur de cette dernière, personnellement j’ai fait une profondeur de 22,5 cm pour ma taille ( décolleté F2), mais il est tout à fait possible de choisir une encolure plus profonde. Comme mon tricot est très serré, l’encolure après blocage n’est pas arrivée jusqu’à 22,5cm donc sachez que le décolleté est sensé être plus profond que sur la version que je vous présente.

J’ai utilisé une pelote de Kid Silk de Drops pour faire cette jolie dentelle, mais sachez qu’il en faut très peu (10grammes environ), donc si vous avez un reste n’hésitez pas à l’utiliser.

Pour ce qui est des autres détails, l’encolure est faite en icord, les épaules sont assemblées entre elles en faisant un rabattage 3 aiguilles (aucune difficulté là encore), et les manches sont faites en rond (j’utilise la technique du Magic loop), en relevant des mailles autour de l’emmanchure. L’avantage des pulls Boxy, c’est que les manches sont moins longues à faire, l’emmanchure étant tombante sur les épaules (héhéééééé pour moi qui déteste les manches, c’est le bon plan!).

L’avantage de vous présenter ce pull plus de 4 mois après l’avoir terminé, c’est que je peux vous faire un retour significatif sur le porter au quotidien:je le porte énormément! Il a une largeur parfaite pour moi, il est super confortable, pas trop chaud, juste ce qu’il faut, et la laine n’a pas bougé. Je lave moins régulièrement mes pulls fait mains que ceux qui proviennent du commerce mais je l’ai quand même lavé plusieurs fois et il n’y a pas beaucoup de bouloches.

Je vous laisse faire un tour sur ma page Ravelry du projet !

Vous pouvez retrouver la liste des revendeurs du magazine laine en France ici 

*** Gilet Demoiselle Arc En Ciel ***

Un peu de tricot aujourd’hui avec un petit gilet pour ma fille, fini il y a un bon moment, porté, porté et reporté depuis!

J’étais en train de tricoter mon gilet Homey, quand ma fille m’a dit qu’elle voudrait un tricot de sa maman avec la même laine. Comme je n’avais pas la quantité suffisante pour un autre pull, je lui ai proposé que l’on parte sur des rayures avec cette laine, Air de drops et qu’elle choisisse une autre laine pour le reste du gilet. 

Je lui ai donc fait quelques propositions et je l’ai laissée choisir le patron de sa préférence parmi une ribambelle de projets sur Ravelry (j’ai d’ailleurs fait un Bundle sympa dans mes favoris pour récapituler tous les patrons qui pourraient lui plaire, et depuis j’ai très très envie de lui faire un Dog Star Sweater!). 

Elle a donc jeté son dévolu sur le gilet Demoiselle Arc En Ciel, qui a été fait à de nombreuses reprises, que je voyais bien sur Ludmille mais aussi sur Achille (il existe également en version bébé sous le nom de Petit arc en ciel et la version Demoiselle Arc en ciel commence à 2-3 ans donc c’est vraiment une large gamme de tailles qui est proposée). Plutôt que de commander un kit sur le site de Gilliatt (ici), j’ai décidé de commander quelques pelotes de la couleur choisie par Ludmille sur le site et de partir avec des rayures unicolores. J’ai commandé le nombre de pelotes conseillé dans le patron et c’était le nombre qu’il me fallait, ni plus ni moins.

J’aime énormément la designer Solenn Couix-Loarer, qui est également créatrice des laines Giliatt dont je suis une inconditionnelle (cette laine est vraiment top car sa durée dans le temps est très très bonne, le gilet de Ludmille n’a absolument pas feutré, ni bouloché). 

Elle a notamment désigné le gilet Lucky (me) que je rêve de réaliser depuis des années (je bave notamment sur la version de Sandra, du blog By Sandra’s Hands), mais également plein de patrons, pour enfants et adultes qui sont vraiment très jolis.

J’ai donc laissé ma grande choisir la couleur qu’elle souhaitait porter, et je suis ravie de l’avoir fait dans cette couleur car elle le porte vraiment bien (couleur Lagon de la gamme Giliatt).

Pour être honnête, au départ j’avais un doute car ce n’est franchement pas une couleur que j’aurais choisi de moi même, je serais plus facilement partie vers un blanc ou un caramel, doré, etc, mais ce n’était pas pour que je le porte moi d’une part, et d’autre part, j’ai tendance à penser qu’on se dirige naturellement vers des couleurs qui sont plutôt flatteuses. Et effectivement, cette couleur met parfaitement ses yeux bleus en valeur!

Le but était également de faire un gilet sobre avec seulement deux couleurs pour qu’elle soit à l’aise pour le porter sans encombre à l’école ou plus tard au collège.

Avant de me lancer dans mon projet, je suis passée par la case obligatoire de l’échantillon, lavé et bloqué, qui correspondait à l’échantillon demandé dans le patron, je suis donc partie sur des aiguilles 5mm comme proposé dans le patron.

 

Si vous ne savez pas ce qu’est un échantillon, je vous conseille le livre de Lise Tailor (dont je reparlerai plus en détails très bientôt), et également cet article sur le sujet.

Même si pour un ouvrage enfant c’est un peu moins grave que pour un pull adulte (un gilet trop grand peut servir plus tard), honnêtement j’avais vraiment envie que Ludmille puisse le porter de suite, et je crois que si je l’avais fait trop grand, il y aurait eu le risque qu’il ne lui plaise plus, plus tard.

La longueur du corps est vraiment bonne, et il est porté, porté et reporté, je suis vraiment contente, car pour tout vous avouer j’avais peur que ce gilet reste au fond d’un placard et n’en sorte jamais. Apparemment, il est très confortable, Ludmille ne s’est jamais plainte de grattements (et pourtant elle est hyper sensible lorsqu’un vêtement n’est pas en jersey de coton!), donc je suis plus que contente et soulagée!

Pour ce qui est des manches, malgré l’échantillon, j’ai fait des essayages au fur et à mesure du tricot. J’ai déjà tricoté de la Giliatt et je sais qu’elle bouge peu au blocage donc je suis partie du principe que les manches seraient plus ou moins à la même longueur avant et après blocage, et je ne me suis pas trompée! Elles tombent à la bonne longueur (sur une des photos, on a l’impression qu’une manche est plus courte que l’autre mais ce n’est pas le cas en “vrai!”)

Par contre, nunuche que je suis, j’ai fait une petite boulette car Ludmille voulait une poche sur chaque côté, et, emportée par les explications, j’ai complètement oublié de lui faire une seconde poche… Je n’ai pas eu le courage de tout défaire donc c’est resté tel quel et heureusement, la destinataire n’est pas trop déçue!

Niveau réalisation /compréhension aucun souci, le gilet est en jersey donc une fois point endroit, une fois point envers, mais avec de grosses aiguilles c’est vraiment un gilet qui monte rapidement. 

A cause de mon doute concernant la couleur, je l’ai un peu laissé de côté pendant quelques temps mais je me suis un peu forcée à le finir et je ne regrette absolument pas, d’autant qu’il est vraiment beaucoup porté (la plus belle des récompenses!).

Pour les rayures, le gros boulet que je suis a d’abord pensé à couper les fils A CHAQUE RAYURE. Idée débile quand on sait que toutes les rayures sont de la même couleur, je ne sais pas pourquoi je me suis infligée de rentrer autant de fils alors que c’est tout sauf nécessaire… Bref… Au bout de quelques rangs est venue l’illumination: Hey! Et si tu arrêtais de couper tous ces fils et que tu faisais simplement suivre le fil sur le début du rang? Bien meilleure idée, je vous le confirme!!

L’inconvénient de vous parler d’un ouvrage réalisé et terminé depuis un bon petit moment, c’est que je ne me souviens pas de tous les détails, mais globalement je n’ai pas eu de problème avec la réalisation de ce petit gilet: les explications sont claires et il n’y a pas de grosse difficulté!

Ce gilet est donc un gilet tricoté en rond en aiguilles 5mm, avec un empiècement comprenant des rayures, puis des manches raglan, des fronces dans le dos qui permettent une aisance bien appréciable pour les enfants, des manches droites et des poignets froncés, ainsi qu’une poche qui est intégrée au corps (d’ailleurs la technique est vraiment très sympa faire, ça permet de varier les plaisirs par rapport au montage d’une poche classique!). Le bas du corps est terminé avec une bande de point mousse et les manches également.

J’ai donc tricoté la taille 10 ans pour ma grande de 10 ans (elle est plutôt un peu plus petite que la moyenne, et elle porte toujours du 10 ans en vêtements, et elle va rentrer au collège en septembre, ce qui me donne un sacré coup de vieux, mais ça on ne va pas en parler…).

Le patron va de la taille 2-3 ans à. 12-13 ans et le patron est disponible sur le site de De Rerum Natura, seul ou sous forme de Kit, et également sur Ravelry pour le prix de 4,80€).

**** Gilet Vitamin D de Heidi Kirrmaier et l’arrivée du printemps ****

Je vous avais dit que mon châle Syrma, que je vous ai montré il y a quelques jours, était prévu pour l’automne, et c’est pareil pour ce petit gilet vitamin D que j’ai fini il y a deux petites semaines, et que j’ai énormément porté depuis. J’aieu un gros passage à vide en tricot au début de l’année, mais j’ai l’impression que le modjo est revenu. Il faut dire que ce temps pluvieux que nous avons depuis des mois et des mois ne donne envie que d’une chose: rester à la maison et tricoter un joli ouvrage, avec une tasse de thé et une couverture.

 

 

Ce combo de laine et de couleurs, caramel et crème avec des speckles, me faisait envie depuis longtemps, et je rêvais de les porter tricotés depuis que je les avais commandés et qu’ils trônaient sur mon bureau, mais force est de croire qu’en tricot chez moi,  il faut savoir être patient!

J’ai donc profité de l’arrivée du printemps et des fleurs de cerisiers pour faire quelques photos!

 

Je me suis aperçue que je portais plus facilement des gilets dans ma vie de tous les jours plutôt que les pulls tricotés. Pour le moment en tous cas, j’ai suffisamment de pulls tricotés et j’ai envie dème faire quelques gilets, plus faciles à porter ouverts sur une robe. D’ailleurs, je ne sais pas vous, mais moi j’ai vraiment hâte que ce printemps arrive VRAIMENT pour enfin pouvoir porter des tenues plus légères et printanières.

Le patron du gilet Vitamin D est un patron de Heidi Kirrmaier, j’aime beaucoup ses patrons épurés, mais globalement ce n’est pas mon style, or bizarrement, le vitamin D est vraiment un coup de coeur, et je pense que c’est aussi parce qu’il est vraiment adapté à ma morphologie.

Allez, je vous avoue quand même qu’un autre de ses patrons me fait de l’oeil, le joli gilet Nanook, que je ne désespère pas de faire aussi un jour.

Mais revenons à nos moutons (haha), le Vitamin D est un gilet qui a des pans de devant en cascade, et les pans s’arrêtent très haut, il est bien plus court devant que derrière, et ce joli résultat est obtenu à partir de de rangs raccourcis, les derniers sont d’ailleurs bien bien longs: il ne faut pas avoir peut des allers-retour en jersey avec des centaines de mailles sur les aiguilles. Personnellement j’étais tellement motivée de le porter que je n’ai rien lâché jusqu’à ce qu’il soit terminé!!!

 

 

J’ai tricoté ce pull en aiguilles 3,5 mm avec mes aiguilles circulaires Tulip et j’ai utilisé de la laine Hedgehog fibre, coloris teacup.

C’est un peu dur d’arriver au bon moment pour mettre la main sur des écheveaux de la marque mais je ne regrette pas: quelles jolies couleurs, quelle douceur, un vrai bonheur!

J’adore toujours tricoter la single, je suis fan de ce petit duvet quitte forme une fois le tricot bloqué. Je vais quand même être attentive à la vie de mon gilet et en prendre soin car je vous avoue que je n’ai pas envie de le voir feutrer tout de suite!

Celui ci est vraiment top car il est en cascade et c’est vraiment comme ça que j’aime porter mes gilets. Un peu plus court devant que derrière, il tombe parfaitement pour moi en taille XL.

Je suis super fan de ces jetés qui sont sur le devant, et sur le haut du dos également et qui sont assez légers comme motif. Bref, c’est vraiment un patron à refaire (j’ai déjà la laine pour en faire un autre couleur caramel … oui, encore du caramel!).

 

Pour ce qui est des manches, elles sont prévues 3/4 dans le patron mais je sais pertinemment que je ne porterai jamais mon gilet s’il a des manches 3/4 donc j’ai préféré les faire longues, et même bien longues car j’aime bien que les manches arrivent après le poignet.

J’ai fait un rabattage élastique pour le bas du corps mais je le trouvais trop élastique pour le coup, je trouvais que le corps allait être un peu trop lâche, donc arrivée au bas du premier côté, j’ai fait un rabattage classique pour les mailles du dos, et j’ai gardé le rabattage élastique pour les bas des devants.

Pour l’encolure et les hauts devants, j’ai également choisi un rabattage classique.

Au final, c’est impeccable pour moi car le rabattage classique permet au gilet de bien se tenir.

Je n’ai eu aucune difficulté pour suivre le patron, mais par contre il est en anglais. D’ailleurs à ce sujet je vous prépare un article un poil plus technique que d’habitude pour vous expliquer comment je m’y prends pour tricoter en anglais!

Vous avez du voir que j’ai cédé à la tentation des pin’s qui reviennent et je suis très fan des créations de Twill and Print. c’est donc chez elle que j’ai commandé ce joli petit pull qui orne mon gilet.

 

Je vous laisse aller voir sa boutique, elle fait vraiment des merveilles, j’ai aussi craqué pour de petits anneaux marqueurs à rajouter à mes encours tricot. Je viens également de m’apercevoir qu’elle a des pin’s avec e super messages féministes (<3)!

 

*** Syrma ***

Bonjour à tous!

D’abord, je voudrais vous remercier pour l’accueil que vous avez bien voulu réserver à mon article précédent, et à mon nouveau blog. J’ai reçu de nombreux messages, mails et autres commentaires vraiment très touchant, et je constate que je ne suis pas la seule à ressentir ce besoin de changement: je vous souhaite à toutes de trouver le juste équilibre.

Aujourd’hui, je suis ravie de vous présenter mon châle préféré du moment: le Syrma de Lilofil.

J’ai eu un vrai coup de coeur en découvrant ce patron sur Ravelry, un jour d’errances sur ce fabuleux site de perdition, en regardant par ci par là dans les favoris des unes et des autres: je savais que je le réaliserais un jour, c’était évident.

J’avais d’ailleurs notamment craqué sur la version d’Angélique (j’aime tout ce qu’elle réalise, et j’ai régulièrement des coups de coeurs pour ses réalisations.).

Mais bien entendu, comme de jolis patrons sortent régulièrement en tricot, j’avais mis l’idée de côté et je n’avais pas pris le temps de le faire.

Jusqu’à ce que je découvre ce joli coloris caramel lorsque la même Angélique, alias Neigedelouange sur Instagram, nous a annoncé l’ouverture de sa petite boutique de laine (ça se passe ici). 

Je trouve le clin d’oeil amusant, sa version du châle m’a inspirée une très belle version avec ses propres laines.

 

Au final, quand j’ai reçu ma laine, c’était une évidence, je trouve que c’est une super association coloris – patron, et je suis d’autant plus touchée de l’avoir tricoté avec les laines de la douce Angélique.

Je ne sais pas si vous avez vu passez cette tendance, mais en ce moment, tout le monde se jette sur la couleur caramel. J’ai l’impression d’en voir partout: chez les tricoteuses, podcasteuses, etc.

 

C’est vrai que c’est une superbe couleur, et comme je ne fais pas exception, j’ai craqué et j’ai commandé deux très beaux écheveaux de laine The Woolly Skein, en qualité Single Lady (j’adooooore cette petite référence rigolote à Queen B!) et coloris Pecan Pie: non mais regardez moi ce caramel parfait!

Je vous avoue qu’initialement, je comptais me tricoter ce petit châle pour l’automne, avec un gilet Vitamin D en laine Hedgehog fibres, coloris Teacup (que vous voyez aussi ci-dessous). Bon, on va dire qu’ici on est en mode slow fashion et ce combo sera aussi parfait pour le printemps, hein!!

Terminé depuis un petit moment, j’attendais le moment idéal pour prendre de jolies photos mais la météo ces jours ci ne nous laisse aucun répit… J’espère que les photos ne sont pas trop mauvaises, je vous promets que j’ai fait de mon mieux avec mon petit matériel amateur^^

En ce moment, je tricote beaucoup de designs de Bérangère: je les trouve simple, mais dans le bon sens du terme: souvent épurés, toujours efficaces, ses patrons me parlent quasi systématiquement. J’ai d’ailleurs encore plein de ses designs en tête qui me font envie (Le Kelias, le Bryum, leLesiStole… ). Si vous ne la connaissez pas, je vous laisse découvrir ses designs ici sur sa page Ravelry.

 

Alors oui, c’est encore et toujours la single: je sais que certaines sont réfractaires à en tricoter, mais personnellement j’ai fait un de mes premiers Châles en single, le Doodler de Stephen West, et il n’a jamais feutré, je le porte pourtant très régulièrement.

Entre temps, j’ai tricoté d’autres châles avec de la single, et j’ai même récemment fini un pull avec, sans aucun souci de feutrage.

Je n’ai donc aucune réticence à tricoter en single (c’est une laine quin’est quasiment pas retordue), et je trouve que les pulls et ouvrages sont très doux une fois bloqués, car plus duveteux.

Concernant la laine, j’en suis vraiment très contente, je n’ai pas alterné mes écheveaux et je n’ai aucune démarcation entre le changement des deux fils.

La laine est super douce et les prix sont raisonnables, et entre temps j’ai commandé plusieurs écheveaux pour me faire un pull, mais je ne peux pas vous le montrer pour le moment…Patience patience!

Mais revenons donc à nos moutons: le châle Syrma est un châle que j’ai tricoté avec des aiguilles circulaires de 3,75mm. Les patrons de châle sont souvent prévus avec des aiguilles 3,5mm, ce qui correspond à de la laine fingering, mais personnellement je tricote très serré, donc je préfère augmenter d’une taille les aiguilles avec lesquelles je tricote pour obtenir un résultat un peu plus souple.

J’ai donc utilisé mon kit d’aiguilles Tulip en bambou, et j’ai commencé à tricoter mon châle par le milieu, avec des augmentations qui se font sur les côtés et au milieu du châle pour lui donner sa forme triangulaire.

Le point texturé que propose Bérangère crée un motif très joli, qui reste subtil et qui s’accentue au fur et à mesure que le triangle s’agrandit: au départ, on répète le motif seulement à des endroits parsemés sur le châle puis de plus en plus régulièrement jusqu’à finir par tricoter seulement en point texturé. La bordure finale, quant à elle se fait en point mousse.

J’avais très envie d’un châle monochrome car ça permet vraiment de l’associer plus facilement avec n’importe quelle tenue (je le vois parfaitement avec une marinière, un gilet Vitamin D que je suis en train de tricoter en couleur crème, ou bien un body couleur blanche, couleur crème, bref, je trouve que les possibilités sont plus nombreuses qu’avec un châle bicolore ou tricolore: je les adore aussi mais ils sont moins faciles à assortir…).

Je porte ici mon châle avec un tee shirt Plantain de Deer and Doe (le patron est gratuit sur le site de Deer and Doe), en jersey marinière qui vient du site Un chat sur un fil (le tissu est d’une très bonne qualité, je l’ai beaucoup porté et il n’a pas du tout bougé et je vous le conseille fortement!)

Je n’ai pas grand chose à vous rajouter si ce n’est que les explications sont toujours très claires et limpides, je trouve les patrons de Lilofil toujours bien  expliqués et rédigés, comme je vous le disais plus haut.

Par contre, c’est vrai que la fin du châle est vraiment longue à tricoter car les rangs sont interminables: beaucoup de mailles et beaucoup de point texturé, ce n’est vraiment pas le combo le plus motivant! Ceci dit je suis tellement contente du rendu que je serais prête à retenter l’expérience!

J’ai mis un petit moment à tricoter ce châle car j’ai intercalé plusieurs tests tricot entre le début et la fin de mon ouvrage, mais je pense qu’on peut le tricoter assez rapidement en mono projet.

J’ai donc eu besoin de deux écheveaux, et il me reste 35grammes de mon second écheveau, que j’envisage d’utiliser pour me tricoter un solaris (en couleur contrastante)…. Si jamais je réussis à caser ce projet parmi tant d’autres bien sûr!

Je vous retrouve très bientôt pour d’autres aventures coutures et tricot.

Je vous remercie d’avoir lu mon article, et je serais ravie que vous me laissiez un petit mot!

Elodie