Chemise Albane Chez Machine

**** Albane, la chemise de Chez Machine****

Perrine, du blog Auguste & Septembre, m’a contactée il y a quelques temps pour me proposer une mission “Drôles de Dames”: Vous pouvez retrouver l’article chez elle en cliquant ici!

Il s’agissait donc de réaliser une chemise, le vêtement incontournable de toute garde robe!


Albane, je l’ai commandée il y a presque un an (je viens de vérifier et je l’ai commandée le 12 avril 2018… Oui, oui, je suis lente à la détente).
Allez savoir pourquoi, j’étais passée complètement à côté lors de sa sortie. Oh, j’avais bien du la croiser sur Instagram, mais bizarrement, je ne m’étais jamais arrêtée plus que ça dessus.
Et pourtant… Elle a de nombreux détails que j’adore et je crois que c’est surtout le kit pour rajouter des pattes et des poches pour en faire une chemise plus “safari” qui m’ont fait craquer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour vous la restituer un peu dans le contexte, voici le dessin technique d’Albane, dans sa version originelle (petite précision, pour télécharger les poches à plis plats et les pattes d’épaule et de manches, il faudra aller ici).


Une jolie chemise, très simple sur le devant, deux poches et un dos légèrement cintré, tout en restant assez confortable. Les détails de la chemise sont tous là (fente capucin, col et pied de col), donc c’est une pièce tout de même assez technique! Personnellement, j’ai opté pour l’extension proposée par chez Machine, avec poches à pli plat, ainsi que les pattes d’épaules et de manches (que j’ai finalement oublié de coudre: l’étape n’est pas précisée dans le carnet d’explications et j’ai purement zappé… Je n’ai posé qu’une des deux poches car je préfère le côté asymétrique de la chemise.

C’est en traînant un peu chez Perrine (j’aime tellement son style et ses cousettes), que je suis retombée sur Albane. A partir de ce moment là, je n’ai eu de cesse de scruter toutes les versions, tombant amoureuse à chaque coin de rue, et me disant que décidément, c’est le patron qu’il me faut: j’adore porter des chemises et jusqu’à maintenant, je n’ai pas encore trouvé mon patron préféré pour ce vêtement.

La chemise est pourtant un vêtement au top du confort, que je trouve tellement versatile: chic ou décontractée selon l’étoffe que l’on choisit, selon la façon dont on la porte (en tant que chemise ou en tant que veste, complètement fermée ou très décolletée avec un body en dessous…), mille possibilités s’offrent à nous et je trouve que c’est vraiment un vêtement à avoir dans sa garde robe. Les miennes sont toutes trop petites (snif), car je les ai faites avant ma dernière grossesse, ou bien je n’ai pas pris une taille assez large. Bref, je peux me permettre d’en coudre quelques unes avant d’arriver à l’overdose!

J’en profite pour vous proposer de consulter le # Chezalbanepattern pour voir de jolies versions: j’ai eu un énorme coup de coeur pour la version robe kaki d’Addictiph, la version en plumetis noire de Simone, et la version blanche de Perrine… Bref, je les aime toutes!

J’avais profité de l’envoi par Aurélie de patrons “test” pour passer la commande d’Albane en même temps et depuis, je veux absolument me la coudre. Me la coudre, oui, mais pas n’importe comment. Pas à l’arrache, pas vite fait, et pas mal fait… Alors j’ai attendu… Le bon moment, le bon tissu.
Je vous en avais déjà parlé ici dans ma liste des envies pour l’hiver, et je l’imaginais dans un plumetis gris (en ce moment, je fais un léger blocage sur le gris mais je trouve que ma garde-robe en manque, et j’essaye de remédier à ce trou béant-ou presque!). J’ai donc gardé ce joli plumetis dans l’espoir de le dédier à Albane, mais je ne passais pas à l’action.

J’avais peur qu’il soit transparent comme l’a été ma robe Myosotis puisqu’ils ont été commandés sur le même site en même temps. Et puis c’est une chemise, une pièce un peu technique, même si elle n’est pas insurmontable, il faut s’y mettre, être patiente et minutieuse…

Alors j’ai proscrastiné, un peu pour toutes ces raisons… Puis quand même, j’en avais envie de cette chemise, mais je procrastinais encore, mais j’en avais envie…

Bref, le cercle vicieux, duquel m’a sortie elle même Perrine, l’instigatrice d’Albane avec Chez Machine. Et oui, c’est bien en collaboration avec elle qu’Aurélie avait proposé ce patron lors de sa sortie. Lorsqu’elle m’a proposé une mission “chemise” sur son blog (en très belle compagnie en plus!), je ne pouvais que choisir Albane, et mettre à exécution mon projet!

Je me suis donc lancée dans la chemise, en me disant que si elle était trop transparente, je la porterais alors comme une surchemise avec un débardeur en dessous. C’est quand même pas grand chose à dépasser, cette peur de transparence au final! J’ai quand même hésité avec le patron Liseron d’Atelier Scammit, qui me tentait également mais je me suis voulue raisonnable en choisissant un patron que j’avais déjà.

Je suis partie sur la taille 48, élargie aux hanches à la taille 50, je n’ai fait aucune autre modification (à part l’oubli des pattes de manche et d’épaule…).

Et je me suis appliquée, plus que jamais! Je suis super heureuse de mes finitions et de mes surpiqures, j’ai pris mon temps, tout est à sa place, j’ai vraiment bien travaillé les petites fentes capucin et j’en suis ravie. Le fit est vraiment top pour moi, elle est large juste comme il faut (le 50 n’est pas de trop pour mes hanches et mes fesses), et je la trouve vraiment confortable à porter. J’aime beaucoup les découpes dans le dos qui la rendent très féminine, et contrastent avec le devant plus classique. Cette petite pointe sur le haut du dos est du plus bel effet, bref, j’aime beaucoup le rendu.
Seul ratage (il en faut bien un dans chaque projet), ce sont mes boutonnières, que je n’ai pas fait assez longues. Je ne vous raconte pas la galère pour enfiler les boutons… J’ai eu l’impression que tout allait craquer. Je peux vous assurer que je ne vais pas les désenfiler et les renfiler tous les jours (en bonne fainéante je vais juste passer la chemise par la tête!). J’ai également zappé le premier bouton du haut (celui qui se trouve sur le pied de col), car je déteste les cols fermés.

Je pense que le plumetis de coton sur lequel j’ai jeté mon dévolu y est pour beaucoup. Je le trouve très souple, assez fin, idéal pour l’été et donc un bonheur à porter. Il est très léger, donc je ne peux pas le porter seul en cette saison, mais le soleil arrive et il sera vraiment au top pour le printemps et le début d’été. Pour tout vous dire, je l’imagine parfaitement avec un pantalon noir (le Arenite de Sew Liberated en lin noir serait parfait). Je n’ai plus qu’à m’y mettre, comme d’habitude!

Les manches étaient trop longues pour moi (c’est le problème que je rencontre assez souvent, souvenez-vous de ma robe Suun), et les poignets un poil trop larges, j’ai décidé pour réduire l’ampleur du poignet de manche de ne pas faire de boutonnière et de coudre le bouton directement sur le poignet en le resserrant un peu.



J’ai également fait à ma sauce pour le placement des boutons .Ce sont des boutons de la marque Atelier Camélir, qui sont de toute beauté, je les avais achetés à la Grande Mercerie en Novembre, et sur Etsy pour le second set, j’arrive donc au bout de mon stock, et j’en rachèterai volontiers car j’adore son travail:j’en avais utilisé une partie pour ma jupe chardon, et il m’en reste à peine 4 après Albane. Je trouve qu’ils apportent une touche orginale pour casser un peu le côté classique de la chemise.
J’aime énormément cette couleur entre le gris et le taupe, qui va avec tout! Je pense qu’elle sera très souvent portée, mais bien sûr je vous ferai un retour à ce sujet!

Chemise Albane Chez Machine

Si vous avez envie de voir les réalisations de mes partner in crime, c’est ici chez Perrine dans sa section “Drôles de Dames”! Un grand merci à elle d’avoir pensé à moi, cet exercice était un régal (même si j’ai très très envie de me coudre mille autre chemises maintenant, notamment une Liseron d’Atelier Scammit!).

**** Un an après, que sont ils devenus? ****

**** Un an après, que sont ils devenus? ****

Elodie blueberry

Aujourd’hui, je vous propose un petit article différent de d’habitude pour vous parler des éléments de ma garde robe que j’ai cousus et tricotés l’an dernier. C’est sympa de voir de nouvelles réalisations partout sur Instagram (ça me donne énormément d’idées et j’adore suivre les copines!), mais c’est encore mieux de savoir ce qu’ils deviennent, non?!

Je vais donc vous faire un retour sur les top et les flops de ma garde robe, en me concentrant sur ceux que j’ai réalisés au printemps dernier.

Je ne vais pas laisser planer le suspense: je porte la grande majorité d’entre eux, et pour certains ce sont devenus des chouchous. Il y a malgré tout de petits flops: je crois que c’est inévitable que l’on fasse du shopping ou que l’on fasse soi même ses vêtements!).

Je constate avec beaucoup de plaisir (et un peu de bienveillance envers moi, il en faut toujours, non?) que j’arrive de mieux en mieux à choisir ce que je peux porter. D’ailleurs, je vous donne quelques conseils dans mon podcast, “Un vendredi aux myrtilles”, si le coeur vous en dit de l’écouter! Merci pour votre accueil à son sujet, je suis ravie qu’il vous plaise!

Je vous propose un petit tour d’horizon de mes cousettes du printemps dernier (je me suis contentée d’une seule saison pour que l’article soit plus digeste!).

Pour commencer, ma robe Arum:

Le tissu est d’une qualité dingue: un an après l’avoir beaucoup beaucoup portée en hiver (par contre mise de côté en été pour porter des couleurs plus claires), le tissu n’a pas bougé! La qualité est vraiment au rendez-vous et j’adore le porter. Un grand top donc, tant pour la qualité du tissu que pour la coupe de la robe, très agréable à porter.

Mon châle Syrma:

J’ai adoré le porter autant que de le tricoter. Idéal pour la mi-saison, je le porte énormément à l’automne et au printemps. Je l’ai tricoté en laine single et elle n’a pas bougé d’un poil (je l’ai lavé plusieurs fois).

Mon châle “i smell snow”:

Lorsque je l’ai tricoté, j’étais très déçue de ne pas avoir eu assez de laine pour le finir, et d’avoir un peu bidouillé pour arriver au bout, alors que j’avais pourtant bien acheté le métrage nécessaires (4 écheveaux quand même, c’est un sacré budget). Je l’ai laissé de côté quand je l’ai terminé et j’ai mis du temps avant de le porter. Finalement, à l’usage, ça a été un grand coup de coeur. Il est très grand, très moelleux et enveloppant: idéal pour l’hiver, un gros doudou que j’adore porter. Là encore la laine a très bien résisté (je l’ai porté quotidiennement tout l’hiver et à la fin de l’automne!), lavé plusieurs fois et aucune bouloche (j’ai encore tricoté de la Single).

Mes robes Aldaia:

Comme je m’en doutais, et comme je vous l’avais dit dans les articles respectifs: les deux robes à jupe patineuse ont été EXTREMEMENT portées, comme pour ma robe Arum, je crois que j’ai tourné pas mal avec ces 3 robes pendant l’hiver, super confortables, tissu au top qui n’a pas bougé (la robe framboise commence à s’abîmer un peu mais vraiment c’est très léger). En revanche, comme je m’en doutais aussi je n’ai quasiment pas porté la rouge. Trop courte, je me sens gênée quand je la porte. C’est dommage car le tissu est vraiment super (j’ai un tee shirt Plantain et un tee shirt Paule de chez Machine également dans ce tissu que je porte très très souvent, et je peux vous dire qu’ils n’ont pas bougé). Du coup, pour ne pas la laisser au placard, je vais la raccourcir en tee shirt… Quand je serai motivée ! C’est à dire pas tout de suite!

Ma robe Osaka:

Cette robe a tout pour plaire: un joli tissu (mais sur lequel j’ai un peu de doutes quant à la tenue dans le temps, il s’élime un peu par endroits), une jolie coupe, mais je ne l’ai pas énormément portée. Le décolleté finalement, au quotidien, se trouve être vraiment gênant, et même si j’aime les robes décolletées, celle ci l’est vraiment trop à mon goût. A voir si avec un petit point de couture ça s’arrangera… C’est dommage car j’ai beaucoup aimé l’association tissu/patron et je trouve qu’elle tombe plutôt pas mal. Bref, il faudrait lui redonner une chance!

Mon gilet Vitamin D

Je le porte tout le temps! D’ailleurs je l’ai sur moi aujourd’hui même! J’aime tout: le confort d’un gilet ouvert devant, la coupe, la laine, le design…. Bref j’ai une seule envie, m’en tricoter un autre! Toujours tricoté en laine single, il n’a absolument pas bougé, et je l’ai aussi pas mal porté et lavé. Un gros Hit, je crois que c’est l’ouvrage tricot dont je suis la plus fière pour le moment et que j’aime le plus porter!
C’est celui qui m’a permis de réaliser que j’adore tricoter, mais j’aime encore plus porter mes ouvrages (je suis plus “product knitter” qui tricote pour le projet fini, que “process knitter” qui tricote pour le plaisir de l’acte de tricoter per se), et que je porte beaucoup plus de gilets que de pulls. Je me suis mise donc en tête de tricoter plus de gilets, plus adaptés à mon style quotidien.

Mon tee shirt Ebony:

Porté, porté et reporté! Tissu top, d’une qualité impeccable (la même qualité que la robe Aldaia rouge), d’un confort absolu, je le porte souvent les jours sans où j’ai envie de cacher mon ventre, et me sentir à l’aise. Je vous recommande mille fois ce patron! J’avais très envie de le refaire en version robe pour un confort maximal mais pour le moment je n’ai pas eu le temps. Je n’ai pas abandonné l’idée car je suis sûre qu’il sera beaucoup porté (je l’imagine en robe marinière).

Mon pull Svelge

Super agréable à porter au quotidien, j’ai eu une excellente surprise: en le portant “à la longue”, la démarcation entre les écheveaux s’est beaucoup atténuée. Parfait pour tous les jours, il a très bien tenu lui aussi, malgré des lavages répétés (et toujours tricoté en single, comme quoi ce n’est pas si fragile que ça!). J’apprécie toujours autant son côté boxy juste ce qu’il faut et je trouve ses mensurations très bien pensées.

Nénuphar et givre

Cette robe est super confortable. Cette veste est super confortable: c’est la tenue que je prends quand je n’ai pas envie de réfléchir, quand je ne sais pas quoi mettre, l’association est top. Les tissus ont super bien tenu, je suis vraiment très contente de cet ensemble. La veste en viscose est vraiment légère par contre, donc à porter quand il fait déjà bon (en hiver, on oublie!).Pour moi la viscose est une bonne solution pour ce patron un peu oversize. Un tissu trop rigide ne me convient pas du tout:

Veste Nénuphar Deer and Doe Wax
Retrouvez l’article dédié ici

Ma seconde veste nénuphar: LE flop du printemps dernier. Pas vraiment en terme de réalisation ou de finitions, mais plutôt en terme d’association avec ma garde-robe….
Quand je la vois sur la photo, j’adore vraiment le rendu. Du coup, pourquoi je ne la porte pas plus? Je pense que le motif est trop prononcé pour moi sur une veste (pourtant les motifs ne me font pas spécialement peur…), et le wax est quand même bien rigide. Je trouve qu’il manque de souplesse et je me sens moins à l’aise que dans mon autre version… Peut être que je devrais lui redonner une chance, car finalement en la regardant elle me plaît quand même… A voir! En tous cas pour le moment elle est dans mon armoire, et elle a été portée seulement une ou deux fois. Je n’arrive pas à ne pas me sentir déguisée quand je la porte, il se peut donc que je la revende (si l’une d’entre vous est intéressée, envoyez moi un petit mot!).

Blouse Myosotis:

Ma blouse Myosotis… Je l’adore (oui ça fait beaucoup de choses que j’adore mais en ce moment, je suis plutôt en paix avec ma garde-robe, ce qui n’a pas toujours été le cas et je savoure). Je l’ai énormément portée, et elle s’associe parfaitement à n’importe quel jean (tenue trèèèès confortable du coup!) ou avec ma jupe brume prune. Un gros hit, et le tissu est d’un confort absolu (cette double gaze atelier brunette est géniale à porter!). Je suis vraiment ravie car elle va également très bien avec mon dernier gilet tricoté (que je vous montre bientôt!), et elle est réellement passe partout.

Robe Myosotis:

Même si je l’aime énormément (confort oblige), ce n’est pas celle que j’ai le plus portée car j’ai toujours peur d’abîmer ma broderie. Portée avec parcimonie, admirée, et adulée, elle est vraiment un de mes vêtements préférés mais que j’essaye d’économiser en ne la sortant pas trop souvent! Je suis vraiment satisfaire de mes choix en terme de mix des versions possibles: la longueur est parfaite et je la préfère largement sans volants aux manches.

Mon top Ogden Cami et mon pantalon Narcisse:

Le top n’a pas été porté. Je ne suis pas à l’aise avec, les bretelles ne tiennent pas et au niveau de la poitrine il est un peu serré, l’effet porté est vraiment bof. Je n’ai pas encore trouvé LE patron de débardeur en châine et trame à petites bretelles pour l’été mais je ne désespère pas.

Quant à Narcisse, je l’ai pas mal porté, mais le lin est un poil trop épais et rigide à mon goût, c’est dommage. Rien qui ne m’empêche de le porter, mais juste un petit détail. Je pense que je referai Narcisse en coton pour cette année, si j’en trouve le temps.

Je vais m’arrêter là pour cet update, n’hésitez pas à me dire si vous en voulez d’autres (ou pas!), et à me dire si vous arrivez à porter ce que vous faites!


**** Brune, la petite dernière de Chez Machine ****

**** Brune, la petite dernière de Chez Machine ****

Certaines diront qu’il était temps, mais comme on dit mieux vaut tard que jamais, aujourd’hui je vous présente un des derniers patrons de la marque Chez Machine, la robe Brune, sortie en novembre à l’occasion du salon créations et Savoir Faire.

Robe Brune Chez Machine
Robe Brune Chez Machine

Comme vous le savez si vous me suivez depuis un moment, je teste régulièrement les nouveaux patrons de Chez Machine. Cette collection n’a pas fait exception, et j’ai eu le plaisir de tester cette fois la robe Maya ainsi que la robe tee-shirt Brune. Lorsque je procède à un test, désormais, je fais systématiquement une toile afin de vérifier le tomber du vêtement, du coup, pour vous en parler sur le blog, généralement je couds une version définitive du vêtement et je n’ai pas toujours le temps de vous le proposer en temps et en heure pour la sortie. Cette fois, le salon CSF étant passé par là, il m’aura fallu une longue période avant que je puisse vous présenter ma version de Brune tout d’abord.

Robe Brune Chez Machine

Je ne vous parlerai pas de Maya dans cet article, car elle a été déjà très bien présentée sur d’autres blogs de couture, et je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’en recoudre une version. Vous pouvez néanmoins voir son rendu sur moi sur le site de la marque puisque Aurélie m’a proposé d’être le “mannequin” pour Maya, en version robe ET en version tunique!

Robe Brune Chez Machine
Robe Brune Chez Machine

Petit aparté à ce sujet tout de même: j’aime beaucoup Maya, même si comme je l’avais expliqué dans mon dernier podcast en date, sa coupe me laissait dubitative au départ (#teamtaillecintrée). Finalement les versions définitives cousues pour les photos m’ont finalement énormément convaincues, le choix du tissu y est forcément pour beaucoup (ma toile n’était pas suffisamment fluide je pense).

Pour ce qui est de Brune, c’est différent, le dessin technique m’avait énormément plu mais alors ma version de test m’avait refroidie. Brune est une robe tee-shirt loose qui est un peu parfaite pour les jours où l’on a envie de cocooning: une coupe oversize, des emmanchures tombantes, et un vêtement en jersey pour le confort. Sur le papier elle a tout bon. Sans que ce patron soit d’une originalité folle, j’ai beaucoup aimé le concept: je ne dis jamais non à un vêtement confortable. Il est même possible de rajouter des volants aux manches pour donner un petit côté chic à Brune.

Robe Brune Chez Machine
Robe Brune Chez Machine

Comme je vous le disais donc, j’étais convaincue sur le papier mais ma version de test était bof. Trop courte, l’encolure un peu trop près du cou pour moi: j’ai fait ma petite liste de recommandations à Aurélie, qu’elle a suivies et puis, je n’ai pas eu le temps de me refaire une version définitive (comprendre, moins courte et avec une encolure plus dégagée). Je n’étais toujours pas convaincue par les volants aux manches (je ne suis pas très volants), mais j’étais tout de même convaincue par le potentiel “basique” du patron (tee shirt, robe, manches courtes ou longues, avec ou sans volants…)


Robe Brune Chez Machine

Puis vient le CSF, pendant lequel j’ai aidé un peu sur le stand Chez Machine. Et là le coup de coeur, Aurélie avait fait deux versions de présentation de Brune (l’une noire avec manches longues et volants, l’autre dans un tissu également foncé et à grosses fleurs, toujours à manches longues et volants). En voyant ces versions sur les portants, j’ai vraiment changé d’avis sur la présence des volants, puis en voyant Aurélie porter Brune, je me suis dit “il me faut une version à volants”. Ce fut donc chose faite quand je suis rentrée.

J’ai choisi un jersey Milano (avec un tomber assez lourd donc), de couleur kaki, qui provient d’un magasin local (j’ai envie d’un dressing complet de couleur en kaki en ce moment, comme vous pourrez le constater prochainement!), et je suis partie sur une taille 48, que j’ai rallongée pour me sentir plus à l’aise (environ 3-4 cm). Brune est une robe vraiment courte, et je vous conseille de checker la longueur avant de vous lancer car la version du patron est un peu courte sur moi, et je ne mesure qu’1m61. Bien sûr, tout ceci est une affaire de goût personnel, mais dans un vêtement conçu pour être à l’aise, je préfère personnellement être à l’aise en longueur ET en largeur.

A ce sujet, je me permets un petit aparté: comme l’a souligné Perrine dans son article (je craque pour ses versions, je crois que c’est encore plus joli sans les volants!), il semblerait que la ligne Allonger/raccourcir ait été oubliée sur le patron, et Aurélie s’est engagée à la rajouter pour les prochains. Personnellement, je ne m’en suis pas aperçue lors du test car je l’ai réalisé un peu en urgence, mais de mon point de vue, ce n’est pas un oubli gravissime. Parenthèse fermée, mais sachez qu’il est quand même mieux de rallonger vos pièces en fonction de cette ligne et non en rajoutant quelques cm en bas de votre pièce devant.

J’ai donc cousu Brune quasi totalement à l’aide de ma recouvreuse. Pour cette fois, je me suis passée de l’aiguille double pour les ourlets (#flemme), j’ai simplement réalisé une surpiqure avec le point extensible de ma machine. Une cousette extrêmement rapide et simple à réaliser, sans les volants c’est vraiment à coudre les yeux fermés! Pour tout vous dire, je n’ai même pas lu les explications, ce sont exactement les mêmes étapes à suivre pour tout top en jersey, donc je n’ai même pas réfléchi à essayer de suivre des étapes. Pour les mamans qui passent par ici et qui n’ont pas le temps, ou toutes les autres qui sont super actives et débordées, je vous conseille vraiment ce patron, qui aurait pu entrer dans mon article “5 patrons débutants disponibles en grande taille”.

Le point extensible de ma machine à coudre

Finalement, quand j’ai passé la robe, je n’étais pas convaincue. La coupe globale me plaît, mes ces volants?!? Je ne sais pas, je crois que les volants ne sont définitivement pas pour moi. J’ai l’impression que ça me rajoute énormément de volume sur les bras (et je n’ai pas besoin de plus de volume je crois!). Ma maman a pourtant aimé cette robe, mais je crois qu’en ce qui me concerne, je n’ai pas l’habitude!! Bref, je vais voir si je la porte beaucoup ou pas, et je vous en donnerai des nouvelles. Tout ça pour vous dire que ce qui va très très bien aux copines n’est pas pour nous forcément !

J’ai testé de porter les volants sous un pull et ça ne gêne pas du tout, point important puisque nous sommes en hiver et que personnellement, une robe en jersey, fut-il Milano, n’est pas assez chaude. Pour la porter seule, préférez plutôt un jersey de laine vraiment épais. Cela donnera vraiment un très joli tomber à la robe et vous serez bien au chaud!

En attendant, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en me laissant un petit commentaire.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à l’épingler sur Pinterest, et n’oubliez pas non plus de vous abonner à la newsletter, dans la colonne de droite!

Robe Brune Chez Machine
Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

**** Robe Suun, patron de P&M Patterns ***

Qu’on se le dise, pour cet article j’ai bravé la neige pour vous servir, et j’ai failli perdre quelques doigts avec le froid. Chez moi, la neige est rarissime et d’habitude, quand tout le monde sur Instagram ou Facebook poste ses petites photos de neige, chez moi c’est plutôt la pluie et la boue: grosse déception à chaque épisode neigeux à la maison!

Alors cette fois, je n’ai pas boudé mon plaisir de prendre quelques photos dans ce joli paysage blanchi. Ça n’aura duré que quelques heures mais que c’était joli à regarder! Un vrai bonheur, les enfants on fait des batailles de boules de neiges (et les grands aussi d’ailleurs! Oui, je dénonce!!), on était tous heureux de voir ces quelques flocons. L’occasion idéale de vous présenter ma nouvelle robe, assortie au paysage!

Quand j’ai voulu prendre les photos, la majorité de la neige avait complètement fondu mais on va dire que c’était l’idée de départ qui comptait!!

Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor
Robe Suun Pm patterns, dancing polka Lise Tailor
Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

Je vous avais parlé dans mes envies de l’automne / hiver de la couture d’une robe à partir du patron Suun, de P&M patterns. La marque m’a gentiment offert le patron, et j’avais très envie de la réaliser (je vous avais parlé d’une version kaki, mais comme vous pourrez le voir, j’ai changé d’avis sur le tissu à utiliser).

Le patron est disponible en pochette et en PDF, des tailles 34 à 52, et il y a vraiment énormément de possibilités : vous pouvez réaliser une blouse, une robe courte, une maxi dress, manches longues ou manches avec un revers, vous avez l’embarras du choix!

J’ai mis un moment avant de me lancer, car beaucoup beaucoup de projets se sont intercalés avant que je puisse me lancer dans celui ci, mais je ne voulais pas abandonner ! Même si j’ai l’impression d’avoir vu ce patron PARTOUT sur les réseaux sociaux depuis sa sortie, j’étais curieuse de savoir ce qu’il donnerait sur moi. Je sais que je ne suis pas la seule, puisque vous êtes plusieurs à m’avoir demandé de voir ma version. Et clairement: j’étais curieuse d’en voir une version grande taille et je pense que je ne suis pas la seule!

C’est désormais chose faite, et ça vous permettra d’avoir une idée également même si j’ai fait énormément d’adaptations et je ne sais pas si ma version colle tout à fait au patron initial. Bien sûr, cela reste dans l’esprit mais j’ai modifié pas mal de choses.

J’ai un peu la tête en l’air en ce moment en couture, et j’ai complètement foiré ma découpe des pièces.

Je m’explique: je suis partie sur une taille 48 pour toutes les pièces, puisque cela correspondait plutôt bien avec le tableau des tailles, et que la taille et les hanches sont plutôt évasées sur ce patron. Premièrement, j’ai coupé la pièce du buste deux fois, au lieu de la couper au pli (…), donc déjà première erreur. Sauf que bien sûr, j’étais allée au bout de mon coupon de tissu et je n’avais pas de quoi recouper mes pièces. J’ai donc décidé de commander un autre coupon de mon -trop joliiiiiiiiiiiii- tissu, qui vient de chez Lise Tailor (j’ai commandé deux coupons et j’ai hâte d’utiliser le second, qui est un joli violine!). Heureusement, elle a pu m’envoyer un second petit coupon en renfort.

Ensuite, j’ai coupé le devant en deux pièces (j’ai coupé mon tissu tard le soir, et je n’avais pas vu qu’il fallait “reconstituer le patron”)

Sachez donc, si vous voulez réaliser ce patron (et que vous avez la version pochette comme moi), qu’il faut assembler deux parties du patron pour la pièce de devant, et deux parties du patron pour la pièce du dos. Vous devez donc avoir le corps en une seule partie, la jupe et le buste ne formant qu’une seule et même pièce.

Sachant que j’avais fait la même boulette pour les pièces du dos, je n’avais pas suffisamment de tissu dans mon nouveau petit coupon pour recouper l’intégralité des deux pièces!

Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

Du coup, mes pièces à moi sont en deux parties: j’ai découpé la pièce devant haut jusqu’au repère de l’élastique, et j’ai découpé la jupe à part, également jusqu’au repère de l’élastique, avec quelques centimètres de plus pour pouvoir coudre les deux parties ensemble.

J’ai procédé exactement de la même façon pour le dos. En temps normal (donc si on fait attention à sa découpe!), 2 mètres suffisent pour la robe courte, j’ai pu rentrer toutes mes pièces dans le coupon avant de me rendre compte de ma boulette.

J’avais également fait une autre erreur lors de mon premier découpage (je crois que j’étais tellement pressée d’utiliser mon tissu que je n’ai rien lu comme explications et j’ai taillé dans le marbre comme si je savais ce que je devais faire avant d’avoir lu le patron – bref….), et j’avais coupé le buste sans regarder quoi que ce soit à propos de l’encolure. Sachez donc, que l’encolure est tracée sur la planche à patrons de façon à réaliser l’encolure “ultra-sexy” et si on veut l’encolure “sexy” ou l’encolure “sage”, il faut superposer une autre encolure sur le patron. J’ai donc profité de l’opportunité de re-découper ma pièce de buste pour choisir l’encolure sexy, qui est finalement tout à fait acceptable.

Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

J’avais très envie de poser un joli passepoil entre l’empiècement et les pièces devant et dos, mais je ne le voyais qu’en blanc et même si j’avais un peu de blanc en stock, je n’en avais plus suffisamment pour couvrir l’ensemble de l’empiècement.

Je me suis -enfin- lancée dans le patron, après cette déception qui m’a fait perdre énormément de temps sur la réalisation de la robe. J’avais vraiment hâte de m’y mettre, mon tissu me plaît énormément et l’association avec le patron me faisait très très envie. J’ai utilisé, comme l’a conseillé Lise, des aiguilles microfibres pour coudre mon tissu, et je n’ai eu aucun souci, aucun fil tiré, tout s’est très bien passé. Le tissu est vraiment d’une excellente qualité, pour la même gamme qu’un tissu Atelier Brunette par exemple, je le trouve beaucoup plus épais (pas transparent du coup), il ne froisse pas autant qu’une viscose classique (mêmes bien sûr, ça reste un tissu qui se repasse, on est bien d’accord!!) et au toucher, le rendu est vraiment très agréable.

Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor


Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

Les explications sont très bien faites d’une manière générale pour le patron, l’explication pour l’encolure en V est très détaillée et les quelques conseils donnés permettent un très joli rendu, propre et net. Ceci dit, je ne sais pas si c’est que pour moi mais l’encolure a énormément tendance à partir en arrière et à s’écarter sur les épaules (sur certaines photos, on voit les bretelles de mon soutien-gorge).

Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor
Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor
Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor
Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

J’ai suivi les explications quasi à la lettre, j’ai utilisé ma machine à coudre pour les coutures et ma surjeteuse pour les finitions.

A l’essayage, les manches étaient vraiment beaucoup trop longues pour moi, j’ai retiré 4cm de chaque côté, mais je trouve qu’elles auraient mérité d’être encore raccourcies.

Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

Pour ce qui est de la taille élastiquée, dans le patron, elle est prévue au niveau des hanches. Personnellement, je trouve que c’est un peu bas, car comme j’ai beaucoup de hanches, soit ça me gêne, soit ça remonte sur la taille. J’ai donc remonté un peu la ligne de couture de l’élastique et je crois que j’aurais préféré l’élastique un poil plus haut mais pour cette version, c’est très confortable malgré tout. Je regrette simplement l’absence de pinces poitrines car la coupe est très droite, et ce n’est pas le plus flatteur pour les silhouettes plus rondes.


Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor
Robe suun pm patterns, viscose dancing polka Lise Tailor

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de la robe en commentaires, et à me dire si vous l’avez déjà réalisée!

Si vous souhaitez être tenues informées lors de la publication des nouveaux articles, pensez à vous abonner à la newsletter, sur la droite de l’écran!

Si cet article vous plaît, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest:

Veste à capuche couture pour homme

**** La veste à capuche, couture du livre Monsieur, couture pour Homme ****

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour inaugurer une toute toute première sur mon blog: de la couture pour homme!

Non, vous ne rêvez pas! Il va peut être neiger par ici, car je n’avais encore jamais passé le cap de coudre pour mon homme. Je m’étais mis en tête de lui offrir une chemise faite maison pour Noël mais le temps a filé et je n’ai pas réussi à me dégager suffisamment de temps pour le faire. Je vous avoue que depuis quelques temps, je me sens un peu coupable: tant de couture pour moi et pour les enfants ici, et rien pour mon chéri, c’est pas très sympa. Il a même dit à un couple d’amis qui lui demandaient si je cousais parfois pour lui que je ne lui faisais “que dalle” (private joke depuis entre nous). Gros moment de solitude pour moi, et il fallait que je remédie à ça!

Mais comme je vous le disais, je n’arrivais pas à passer le cap, tout simplement par peur de me planter de taille. Et aussi parce que j’avais peur que ça ne plaise pas à mon chéri (que l’on remercie d’avoir pris la pose, je compte sur vous pour lui laisser des mots gentils, mais pas trop non plus, hein, je tiens à le garder à la maison huhu!).

Veste à capuche couture pour homme
Oui, je vis avec Tobey Maguire!
Veste à capuche couture pour homme
Veste à capuche couture pour homme

J’ai mis tellement de temps avant de comprendre comment je pouvais construire des vêtements adaptés à mon corps, que j’avais peur de passer un temps infini à coudre des vêtements importables pour lui. Finalement, avec le recul, j’ai envie de vous dire que c’est plus facile et accessible que la couture pour femme, puisque souvent les hommes ont quand même moins de courbes (et c’est le cas de mon homme!) et du coup il y a moins d’adaptations à faire. Pour cette veste à capuche, je n’ai fait aucune adaptation, du coup comme vous pouvez le voir, la carrure est un peu large, mais c’est du à mon choix de taille, je vous en reparle juste après.

Veste à capuche couture pour homme
Veste à capuche couture pour homme

Lorsque Maud Vadon, l’auteure du livre, alias bisoudoudou sur Instagram, m’a contactée pour parler de son nouveau livre, j’ai tout de suite accepté car j’avais aperçu un exemplaire à la Grande Mercerie en Novembre et les patrons me faisaient bien envie! Et j’avoue que je me suis dit que ça me donnerait une occasion de me mettre un coup de pied où je pense pour enfin me jeter à l’eau!

Elle m’a donc proposé de vous présenter la veste à capuche pour mon homme (je n’ai donc pas choisi le patron à réaliser mais je comptais faire celui ci, et/ou une chemise) et de vous en parler ici: le livre m’a été offert pour l’occasion, ainsi que le matelassé de la boutique We Fil Etik et de la mercerie provenant du site Mercerie Extra. Merci à tous des deux d’avoir participé à cette opération, je vous conseille les tissus d’Aurélie qui sont ce que l’on peut trouver de mieux en terme de sélection de tissus bio, je trouve, et pour Eric, c’est simple, vous trouverez tout chez lui!!!

Comme je suis un peu un dictateur, je n’ai pas laissé mon homme choisir la mercerie (je ne suis pas sûre que ça l’intéressait beaucoup), donc j’ai tout choisi moi même, et contrairement à Clotilde, j’ai mis des stop cordons sans lui demander son avis (oups!). J’ai tout choisi en argenté car c’est vraiment ce qui va le mieux avec le noir je trouve, j’ai pris une fermeture de 55cm, comme préconisé dans le livre, qui s’ouvre des deux côtés.

Je n’ai pas testé ce patron en amont, et je vous propose ici la version finale comprise dans le livre, paru aux éditions La Plage (vous pouvez retrouver le livre ici).

Monsieur Couture pour Homme, Maud vadon

Pour mon homme, au vu du tableau des tailles, je suis partie sur la taille M, taille qu’il porte dans le commerce. Comme je vous le disais, et comme vous le verrez sur les photos, au niveau carrure c’est un peu large : à ce niveau là il correspondait plutôt à une taille S sur le tableau, mais comme ses autres mensurations collaient à la taille M, j’ai choisi de ne pas faire d’adaptation et de tout faire dans la même taille, d’une part car je n’avais pas le temps de faire une toile et d’autre part je me suis dit que ça lui permettrait également d’être à l’aise dans la veste. La carrure un peu large a eu pour conséquence que les manches étaient un peu longues, je les ai donc raccourcies de 2 cm et c’est bien mieux ainsi. Pour tout le reste, je n’ai pas modifié le patron. J’ai simplement omis les coudières, car je ne suis pas très fan, et mon homme non plus, il préfère sans, mais c’est totalement personnel.

Veste à capuche couture pour homme

Parlons un peu tissus!

Pour tout vous dire, ici c’est noir ou rien, en dehors du travail mon homme ne s’habille quasi qu’en noir (un vrai rocker, et même un vrai métalleux!) donc c’est sans hésitation que j’ai choisi le noir, je voulais être sûre que ce soit porté!

J’en rêvais pour moi, je vous avoue tout: ce matelassé, j’avais déjà eu l’occasion de le coudre ( j’avais cousu une veste cannelle de Christelle Beneytout que je porte toujours), et il est tellement agréable à porter que lorsque j’ai vu qu’Aurélie en sortait une version noire, j’avais bien envie de m’en commander un petit coupon. J’ai bien lavé mon coupon avant de le coudre, et j’ai utilisé le noir en tissu principal ainsi qu’en doublure (black is the new black!).

Ce molleton est juste un doudou et il est super agréable à porter, très souple et de très grande qualité, personnellement je suis convaincue par sa qualité depuis de nombreuses années.

Veste à capuche couture pour homme
Veste à capuche couture pour homme

J’ai alterné entre la recouvreuse et la machine à coudre et j’ai pu réaliser la veste sans encombre. Il faut quand même être attentive au montage, puisqu’il y a une fermeture éclair à poser, une doublure pour les pans de devant, et la capuche à poser. J’ai plus ou moins suivi les explications (j’ai fait un peu à ma sauce pour certains passages), et je n’ai pas eu de difficultés, ceci dit certains passage ne sont clairement pas accessibles aux débutantes de mon point de vue.

Les planches de patron sont au nombre de 2, imprimées recto-verso, elles sont très claires, chaque patron est représenté par une couleur, je n’ai eu aucune difficulté, sauf pour le décalquage de la ceinture: déjà, je n’ai pas fait attention en recopiant cette pièce et le symbole classique de la coupure sur le pli (la “double flèche”) n’est pas celui employé dans le livre, il est simplement précisé “milieu du tissu” et je n’ai pas fait attention, j’ai coupé la ceinture…. pas sur le pli. Petit moment de lose quand je m’en suis aperçue, mais ouf, j’avais assez de tissu pour recouper la pièce. En ce moment, je ne sais pas où j’ai mon cerveau mais sur TOUS mes projets de couture, je me plante en découpant au moins une pièce… J’avoue que c’est un peu lassant quand je dois recommander un mini coupon pour mes étourderies, heureusement que cette fois j’ai pu gérer dans mes chutes!

Personnellement, j’adore le look final du gilet, qui fait penser à un perfecto quand il se porte ouvert (parfait pour mon rocker d’amoureux, qui m’a même dit qu’on disait quand c’est ouvert, que c’est en “pledge” – ?!?), lui aime beaucoup aussi, simplement il trouve la capuche un peu large. C’est vrai qu’elle paraît un peu large par rapport à un gilet classique mais sinon, on aime beaucoup la coupe du gilet.

Veste à capuche couture pour homme
Veste à capuche couture pour homme

J’espère que cette revue d’un nouveau genre vous aura plu et n’hésitez pas à laisser un petit mot à mon homme pour l’encourager à poser plus souvent ici, il fait ça bien, non?!?

P.S. : Devinez qui voulait absolument être sur les photos?

Veste à capuche couture pour homme