**** Ma machine à coudre: la Pfaff Quilt Expression 4.2, mon avis****

Ca y est, c’est la fin des vacances pour moi, et un peu la rentrée sur le blog, que j’ai laissé de côté pour prendre l’air quelques jours en Espagne, pour me ressourcer en famille, j’espère que vous ne m’en voudrez pas…

Je profite de cette rentrée pour vous remercier d’être toujours plus nombreuses à me suivre ici et sur les réseaux sociaux, c’est juste tellement appréciable d’avoir des retours si chaleureux de votre part, et je suis contente que mon contenu vous plaise, et surtout qu’il vous aide. Apparemment vous avez beaucoup de difficultés à trouver des patrons grande taille, et je vous concède que peu de marques proposent du contenu qualitatif en grande marque. Pourtant, je pense qu’il y aurait un potentiel gros marché mais certaines marques ne s’y intéressent absolument pas et c’est bien dommage… C’est vrai que c’est un peu devenu mon cheval de bataille ici, et j’espère que de nouvelles marques vont se sensibiliser à cette problématique!

Je voulais également vous faire une annonce, que j’ai déjà partagé sur Instagram (clic ici): à compter du mois de septembre, je vais animer des ateliers créatifs dans le Tarn, à Gaillac, près de chez moi.

C’est un peu stressant mais j’ai vraiment très hâte ! Je vous en reparlerai plus dans un billet dédié, car j’ai énormément de choses à vous dire. Et j’ai aussi beaucoup de choses à vous présenter, des nouveautés, des articles d’inspirations et des tests, la rentrée s’annonce chargée créativement parlant. Je vous avoue que je suis super excitée à l’idée de partager tout ça, j’espère que cela vous plaira!!

Aujourd’hui, nous allons commencer cette rentrée créative en abordant un sujet un peu différent de d’habitude sur le blog.

En effet, nous allons parler “équipement”. Je vous propose une ou deux photos de mon “atelier couture” comme il n’est jamais, c’est-à-dire rangé!

 

Revue machine à coudre Pfaff Expression 4.2

J’aime à penser qu’en couture, on peut aller loin, du moins au début, sans forcément être équipé comme une professionnelle.

D’ailleurs, j’ai débuté avec une machine singer chinée, qui faisait très bien son boulot pour mes tous premiers points avant (n’insistez pas, je ne vous montrerai rien de rien de mes premières cousettes horribles^^). Vous êtes souvent nombreuses à me complimenter sur mon niveau ou mes cousettes mais je pense que je ne le répèterai jamais assez, en couture il faut se lancer, s’entraîner, ne pas avoir peur de faire des choses ratées ou moches, c’est la meilleure façon pour moi d’apprendre, et également la meilleure façon de connaître sa machine!

Mais cette machine de début n’a pas supporté ma cadence (j’étais déjà une acharnée en débutant), et malheureusement m’a vite (très vite) lâchée en raison de sa vieillesse (la bonne aubaine pour trouver une plus jolie!).

Cet abandon en bonne et due forme de ma premim’a permis de m’intéresser à ce qui se faisait de mieux, de plus moderne, de plus innovant, et il faut le dire aussi, de plus joli (je suis très facilement influencée par la beauté d’une machine -vous aussi rassurez moi?!-). Sur le moment, je n’ai pas forcément craqué sur une belle machine, car mon budget à l’époque ne suivait pas et également parce que je ne pensais pas en faire un usage aussi intensif, et approfondi.

J’ai donc décidé d’investir dans un milieu de gamme – comprendre une machine qui faisait un peu mieux que point avant, et zigzag- et j’ai découvert la marque Pfaff grâce à ma revendeuse locale qui m’a fortement incitée à tester celle-ci. Et comme je suis faible, j’ai décidé de me jeter dans la couture Pfaff pour mon plus grand bonheur.



D’ailleurs, si j’ai un seul conseil à vous donner pour l’achat de votre machine ou surjeteuse, ou brodeuse, c’est d’aller dans un magasin physique et d’essayer les machines. On ne peut jamais savoir comment on se sentira à l’aise avec avant de l’avoir testée et de l’avoir manipulée “en vrai”. Et l’avantage de Pfaff, c’est qu’ils ont des revendeurs physiques qui vous forment, après l’achat de votre machine, pour vous apprendre à la prendre en main: plusieurs heures un professionnel se met à votre disposition pour vous apprendre les enfilages, les points, etc. Pour moi c’est un plus essentiel, et c’est vraiment ce qui m’a convaincue d’acheter chez Pfaff (je précise que j’ai acheté moi même ma première Pfaff ainsi que celle que j’utilise actuellement).

Je vais être honnête avec vous: je ne reviendrai jamais en arrière et je ne pense pas changer de marque, j’ai été plus que convaincue par la fiabilité de toutes les machines que j’ai testées (deux machines à coudre, une surjeteuse, et une surjeteuse recouvreuse dont je vous parlerai bientôt!).

Mais revenons à nos moutons (ou plutôt à nos tissus héhé), après plusieurs années de couture et de pratique intensive, j’ai rapidement ressenti les limites de ma première machine à coudre, qui n’est plus en vente aujourd’hui mais dont j’avais énormément apprécié le rapport qualité/prix à l’époque, et qui m’avait permis de me lancer dans le grand bain sans trop de difficultés.

J’avais très envie de passer à autre chose, d’avoir un niveau technique meilleur pour mes finitions (mais ça, on en reparlera bientôt plus en détails), et d’avoir plus de possibilités avec ma machine. Je vous avoue que je ne suis pas passée par l’étape des mille comparatifs de marques, de qualités, de défauts, des plus et des moins, chose que je ne fais pas souvent car je me sens plus noyée qu’autre chose à l’arrivée.

J’ai lu quelques articles sur le net, et après un très rapide comparatif je suis donc allée chez ma revendeuse préférée, pour lui expliquer les limites auxquelles je me trouvais confrontée, mon besoin de coudre à une fréquence plus que régulière et de changer de niveau technique.

J’avais envie de tester mille choses nouvelles et innovantes, de découvrir un potentiel technique d’un autre niveau, et d’être bluffée par les avancées technologiques que la marque nous mettrait à disposition.

Et c’est là que j’ai basculé du côté obscur de la force dirons-nous: j’ai pu tester plusieurs machines sur place au magasin et j’ai été plus que séduite par la Pfaff Quilt Expression 4.2.

Pfaff expression 4.2

Déjà, elle est belle. c’est tout bête mais j’ai vraiment craqué pour ce joli rose prune de la machine qui en fait un joli objet, qu’on n’a pas envie de cacher ou de ranger mais plutôt de le voir trôner avec fierté sur la table de son atelier, et elle est très épurée,  pour moi ça fait vraiment une grosse différence, je n’avais pas envie d’une machine toute moche malgré toutes les qualités techniques qu’elle pourrait avoir.

Mais bien entendu, ce n’est que la cerise sur le gâteau, vous vous doutez bien que vu son prix, je n’ai pas seulement craqué pour sa beauté! Il me fallait une machine très fiable techniquement, et que je pourrais garder toute ma vie (4 ans après, j’en suis toujours aussi ravie, je n’envisage toujours pas d’en changer car je ne pense pas avoir fait le tour de toutes les possibilités qu’elle nous permettrait).

Machine à coudre Pfaff

Comme me l’a dit mon chéri quand je l’ai acheté, c’est une machine de feignasse (!!): tout est électronique:

  • Elle est silencieuse! Mon dieu que ça fait du bien (et comme c’est pratique quand bébé dort dans la chambre collée à l’atelier!). Aucun mal de tête donc quand on enchaîne les heures de coutures les unes après les autres!

 

  • On peut sélectionner son point électroniquement, choisir le positionnement de l’aiguille plus à droite, plus au centre, etc. On peut même choisir la largeur de ses points, y compris les points de broderie, ou bien encore décider d’inverser un motif de broderie en miroir (je trouve ça dingue!), horizontalement ou verticalement.

 

  • On peut également enregistrer une série d’actions comme par exemple, un point d’arrêt, un point droit, un point zigzag ensuite, de nouveau un point d’arrêt, puis le coupe fil automatique (le pied quand on utilise souvent la même série de point).

 

  • En lieu et place de la pédale, on peut coudre sans les pieds puisqu’on peut choisir sa vitesse à l’écran et commencer et arrêter sa couture en appuyant sur un bouton,

 

  • Attention, minute culturelle: sachez que Pfaff est la seule marque de machines à coudre sur le marché qui dispose du système IDT. Ce système est un système breveté, de double entraînement: il y a une griffe derrière votre pied de biche qui entraîne le tissu et lui permet de mieux avancer, le top du top de la technologie!!

Système IDT PFAFF

 

  • Elle est vendue avec un pied de biche électronique relié à la machine qui vous permet de faire des boutonnières automatiques en fonction de la taille de votre bouton (grande grande classe),

 

  • Un message vous avertit de l’arrivée à la fin de votre cannette (bon ça, ça ne m’empêche pas de tomber en rade au mauvais moment, mais au moins je suis prévenue!),

 

  • Le réglage de la pression du pied de biche et du fil de cannette est automatique et ça, ça change carrément la vie, plus besoin de se poser aucune question à ce niveau là, je laisse ma machine réfléchir à ma place, et ça fait du bien!

 

  • La machine coupe le fil toute seule,

 

  • Elle a également un point d’arrêt automatique, et également l’enfilage automatique de l’aiguille,

 

  • Pour chaque point, vous pouvez choisir de revenir au début du motif proposé à tout moment,
  • Le coupe fil est automatique grâce au petit bouton “ciseau” sur l’interface avant, et le fil coupé se place sur le dessous de l’ouvrage (c’est peut être un détail pour vous mais ça permet une finition super super propre)

D’autres avantages de ma super machine qui n’ont rien avoir avec l’électronique mais que j’apprécie énormément:

  • L’espace de couture est super grand. Je ne suis quasiment jamais gênée pour faire passer mes ouvrages sous le pied de biche,
  • Le bras liiiiibre: cette possibilité existe sur énormément de modèles haut de gamme mais je ne pourrais pas m’en passer: il est très grand, ce qui fait que lorsqu’on l’enlève, il est beaucoup beaucoup plus facile de coudre des manches ou autres ouvrages à coudre en rond.

 

  • La machine est (très) lourde. Ce n’est pas pratique pour la faire voyager mais honnêtement, je pense que ce n’est pas une machine forcément faite pour voyager, elle est bien mieux à la maison et son poids permet une stabilité très appréciable.

 

  • Elle gère les épaisseurs comme personne. Je n’ai jamais eu à me poser la question de savoir si elle allait engloutir mon tissu en le passant sous le pied de biche, elle prend le jean, le simili et tout ce que vous voulez sans faire des points bizarres, qui sautent par ci par là !

 

  • Elle permet de faire des milliers de points: des fleurs, des motifs des animaux, et même l’alphabet (on peut configurer à l’avance le mot que l’on souhaite broder sur son ouvrage).

 

  • On peut ranger énormément de choses directement dans la machine. En ce qui me concerne, la majorité des pieds presseurs sont rangés sur le devant de ma machine, ainsi que les cannettes et quelques aiguilles. En dessous de ces rangements, il y en a encore dessous, qui me permettent de ranger mes porte bobines ainsi qu’un petit tournevis. Il y a encore des compartiments à l’arrière de ma machine dans lequel je range mon pied de biche pour boutonnières automatiques car il prend énormément de place. Bref, si comme moi vous n’êtes pas accro au rangement, cela permet d’avoir tout sous la main et de ne rien perdre.

 

  • L’éclairage est impeccable: il y a un éclairage au niveau du pied de biche ainsi qu’un autre éclairage sous l’écran électronique au niveau de la zone de travail. L’éclairage est un éclairage “lumière du jour”, il n’est absolument pas jaune et il est au top pour coudre en soirée.

 

  • Cette machine possède également des points qui vous permettent de faire les finitions avec autre chose que le point zigzag si vous n’avez pas de surjeteuse: j’ai beaucoup utilisé le point overlock de la machine avant de passer à la surjeteuse et mes finitions étaient déjà vraiment pas mal!

Dans un prochain article, je vous parlerai de ma surjeteuse, et également de la surjeteuse découvreuse qui m’a été prêtée par Pfaff (hiiiii haaaaaa ouiiiiiiiiiiiiiii quel bonheur!!!)

 

Si le contenu de l’article vous plaît, n’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest!

**** 5 patrons couture pour débutantes ET grandes tailles ****

 

Bonjour les filles,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de patrons de couture. Une fois n’est pas coutume, pas de couture aujourd’hui mais un peu de bla-bla. Tout d’abord, je vous remercie infiniment et mille fois pour vos commentaires si bienveillants sur mon avant dernier post, et sur le dernier aussi: tout ça m’a redonné la pêche (merci Alain Juppé pour l’expression!) et m’a donné envie de partager encore plus avec vous. J’ai un peu de retard dans la réponse à vos mots doux, mais je m’y mets très vite. Plusieurs d’entre vous se sont manifestées pour la première fois dans les commentaires, et je n’ai qu’une chose à vous dire: ça me réchauffe le coeur de vous savoir là!!

Vous m’avez d’ailleurs inspiré ce post grâce à une nouvelle fonctionnalité d’Instagram qui vous permet désormais de me poser les questions que vous voulez et j’adore vous lire!

Une question qui m’a été posée plusieurs fois est de savoir si j’aurais des conseils de patrons de couture pour les débutantes, du coup je me suis dit que ce serait top de vous proposer un article que vous pouvez retrouver quand vous avez un peu de temps pour vous poser et le lire. Les stories sur Instagram c’est super mais ça ne dure que 24 heures, et ce serait dommage de perdre ce contenu.

Tout d’abord, je voudrais vous dire que oui, il est possible de trouver de jolis patrons qui sont simples!

Pour moi, ce n’est pas la difficulté d’un patron qui fait le rendu du vêtement, et il est toujours possible de trouver de jolies robes très faciles d’accès. Ce qui fait la différence (à mon sens), c’est le choix du tissu, l’accesorisation des tenues et aussi la customisation d’une cousette en apparence simple.

Je vous propose donc plusieurs patrons, tous proposés par des créatrices de patrons indépendantes (comprendre que je ne vais pas vous proposer du Burda!) et que j’ai déjà testés ou cousus moi même (certains n’ont pas été pris en photo pour le blog, mais ils ont déjà tous été entre mes mains et ont passé le test de la portabilité et de la durabilité dans mon dressing).

Avant de vous les présenter, j’aimerais cependant insister sur un point: PRENEZ VOS MESURES!

Aucun patron ne vous donnera satisfaction si vous ne choisissez pas la taille qui correspond à VOS mesures, personnelles et uniques!

Vous trouverez ICI une vidéo gratuite sur le site d’Artesane, à votre disposition pour vous aider à prendre vos mesures, elle est très bien faite, ne faites pas l’impasse dessus, vous seriez déçues de tous vos ouvrages si vous ne prenez pas vos mesures!

Ceci étant dit, faisons les présentations des patrons!

  • Commençons d’abord par les robes:

L’essentiel de ma garde-robe. J’adore en porter car c’est facile à faire, rapide à assortir (je ne suis pas vraiment du matin et je n’aime pas vraiment réfléchir ma tenue la veille pour le lendemain…), et je me sens toujours, toujours plus à l’aise en robe. Si le patron correspond à ma morphologie et que je me sens bien dedans, alors c’est encore mieux!

Pour ce qui est des robes, je pense qu’il y a des patrons à foison et du coup je me mets à la place d’une débutante, c’est vrai qu’il est difficile de faire une sélection et de s’y retrouver dans cet océan d’offre de patrons.

La première, que j’adore, et que d’ailleurs j’ai bien envie de refaire dans les meilleurs délais, c’est la robe Arum de Deer and Doe.

Cette robe est super facile à réaliser, et elle a été pensée pour convenir aux grandes débutantes (ou aux couturières confirmées qui sont préssées!). C’est une jolie robe à manches kimono (mais l’effet kimono est suffisamment léger pour vous permettre de porter un gilet ou un manteau par-dessus), avec des découpes princesse et une poche plaquée sur le devant.

Vous avez seulement deux pièces, plus la parementure, aucune obligation de faire la poche plaquée sur le devant si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’idée.

Ça peut être l’occasion de faire sa première toile, de se lancer dans un premier vêtement cousu main sans trop prendre de risque, avoir une idée de sa taille exacte, des modifications à faire pour la fois suivante, etc.

Je l’avais réalisée en début d’année, pour voir mon post c’est ici (les photos sont également sur le shop de Deer and doe), et vous pouvez la retrouver sur le shop de la marque au prix de 14€ au format papier (du 34 au 46), et 11€ en PDF du 34 au 52.

Robe arum deer and doe

Ensuite, si vous préférez une robe un peu plus dans le genre babydoll, je vous propose la robe Zélie, de la marque Les Fusettes.

Robe zélie les fusettes

Là encore, gros coup de coeur pour moi. J’ai réalisé cette robe en version tunique, et j’avoue que son confort est sans pareil. d’ailleurs, il faudrait que je vous en fasse un article pour vous montrer à quel point elle est jolie. Si vous avez envie de voir ce que ça donne porté en attendant, je vous conseille la jolie version d’Annie Coton ici.

C’est une robe très épurée et très simple à réaliser.

Si vous voulez encore vous faciliter la tâche, sachez que vous pouvez réaliser sans faire la goutte à l’encolure: c’est un joli détail du patron mais si vous ne sentez pas encore de vous lancer dans une couture arrondie, vous pouvez tout à fait le zapper!

Encore une fois, c’est un patron vraiment accessible, les explications sont claires et ça vous permettra de vous lancer dans le grand bain. Cette robe est un poil plus difficile que la robe Arum car il faut réaliser des pinces poitrine, mais ça reste faisable (avec un bon auto sur youtube pour vous aider au besoin!).

Vous pouvez la retrouver sur le shop de la marque au prix de 6,95€ au format PDF uniquement (du 34 au 52).

  • Le patron tout-en-un

Ce patron, il est vraiment fait pour vous, les débutantes! Je me suis cousue une jupe avec et c’est tellement limpide qu’on ne peut pas se tromper!

Il s’agit du patron keep cool de Ivanne S: tantôt jupe, tantôt robe bustier, tantôt top bustier, version courte ou longue, c’est LE patron qu’il vous faut pour débuter et qui vous permettra un millier de versions avec une seule base!

Dans le patron, on vous tient par la main, on vous guide, c’est un ouvrage technique de couture intégré à un patron. Je vous conseille de prendre le temps de tout lire et de vous imprégner du patron, avant de vous lancer! La version épurée vous permettra de vous lancer en évitant toutes les difficultés techniques.

Pour vous donner une idée de toutes les possibilités, je vous laisse ici les différentes versions proposées par Ivanne:

 

Je pense que vous pouvez trouver votre bonheur dans toutes ces propositions, une jolie jupe pour l’été ou encore une belle robe bustier en double gaze, l’idéal pour profiter de la plage et de la chaleur!

Vous pouvez la retrouver sur le shop de la marque au prix de 7,50€ au format PDF uniquement (du 32 au 54).

  • Des tops!

Alors là vous avez déjà le choix dans les patrons que je vous ai proposés plus haut: le patron de la robe Arum prévoit une version tunique, et la robe Zélie existe également en tunique (il suffit de raccourcir le volant de la jupe!).

Le patron Keep Cool propose également une version top, vous avez donc déjà pas mal de choix.

Pour étayer ce choix, et toujours pour proposer un patron que j’ai déjà réalisé,vous pouvez également partir sur le trop top d’Ivanne S. Une valeur sûre, le patron est très connu et il a été réalisé des milliers de fois (vous pouvez regarder le #troptop sur les réseaux sociaux pour vous en rendre compte!). Pour les débutantes, l’idéal est la version B en tissu non extensible et dos fermé.

Ce qui est bien avec le trop top, c’est que vous pouvez vous entraîner à faire la version B en chaîne et trame dans sa version la plus simplifiée et au fur et à mesure que vous souhaitez réaliser d’autres versions, vous pourrez rajouter des petits détails (volants, cols…), puis quand vous vous sentez suffisamment à l’aise avec cette version, vous pourrez vous attaquer sans crainte à la version A qui est prévue pour des tissus extensibles.

Une fois que l’on connaît le patron, changer de matière à coudre vous fera sans doute moins peur!

Vous pouvez le retrouver sur le shop de la marque au prix de 9,50€ au format PDF uniquement (du 32 au 54).

  • Une jupe

Pour cette catégorie, je vous propose de réaliser la jupe Zéphyr de Deer and Doe.

Normalement, Zéphyr est un patron de robe, mais il est également possible de réaliser seulement la jupe patineuse (c’est prévu dans le patron, il s’agit de la version C, aucune inquiétude, tout est expliqué!).

Le seul “bémol” de ce patron pour les débutantes, c’est qu’il est prévu en jersey, il faudra donc être attentives au choix de votre tissu, mais tout est expliqué ici sur le site de la marque ici. Je vous conseille de partir sur un jersey très épais, voir un Néoprène pour coudre cette jupe, et de vous renseigner un peu sur la couture du jersey pour savoir à quoi vous attendre.

Zéphyr est un de mes patrons préférés, et j’espère qu’il vous plaira également!

robe Zéphyr Deer and doe

  • Une veste?

Bon, on est d’accord, spontanément, la veste on n’y pense pas quand on est débutante.

Il y a souvent énormément de points techniques qui font qu’il y a mille occasions de se planter. D’ailleurs, malgré mon expérience, j’ai toujours un peu peur de me lancer dans une veste, j’ai toujours l’impression que je vais me foirer.

C’est là que Nénuphar m’a fait changer d’avis. Sur le site de Deer and Doe, cette veste est prévue pour un niveau de 3/5 en couture, mais moi je lui mettrais plutôt 2/5.

Si vous voulez vous simplifier la tâche, vous pouvez supprimer les fronces du dos (et couper une seule pièce pour le dos), et vous pouvez également supprimer les poches. Il ne reste plus que l’encolure comme difficulté technique, cette dernière étant accessible avec un peu de patience et de minutie.

C’est vraiment la veste que l’on peut porter au quotidien, super confortable et casual. Bien sûr, pour un premier ouvrage ça reste peut être un peu difficile, mais on va dire que c’est accessible pour les débutantes (très) motivées!

Le patron est disponible sur le site de Deer and Doe, au prix de 14€ au format papier (du 34 au 46), et 11€ en PDF du 34 au 52.

Pour voir mes réalisations, c’est ici pour ma version Wax, et ici pour ma version en crêpe viscose.

Voilà, mon petit tour d’horizon est terminé, et j’espère qu’il vous aura plus. Bien sûr, il y a tellement de patrons en ce moment qui sortent que vous trouverez peut être autre chose qui vous plaît bien plus, et c’est normal. J’ai voulu vous présenter des patrons testés et approuvés, et que je conseillerais à des copines qui veulent se lancer en couture!

Belle journée ou soirée à toutes et bonnes vacances à celles qui sont déjà parties!

 

N’oubliez pas d’épingler cet article sur Pinterest s’il vous a plu!

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

*** Les tissus biologiques MARS-ELLE fabrics, Trop top Ivanne S et réflexion sur le monde de la couture ***

Je ne sais pas très bien comment commencer cet article: il y a quelques heures, je suis tombée sur un post Instagram dont le contenu était substantiellement le suivant: marre d’Instagram, de ces blogueuses vendues qui ne font que des partenariats et qui ont un avis positif sur tout…

Je vous copie-colle une partie d’un commentaire que j’ai pu lire sous ce post pour que vous vous fassiez une idée du débat :

“Je ne supporte plus tous ces non avis sur les patrons, parce que la marque a envoyé le tissu ou patron pour tester ! Et ce sont toujours les mêmes qui reçoivent alors que si les marques envoyaient à des utilisateurs lambda de leur compte, au moins on aurait des avis de couturières « normales ».”

Du coup, je vais vous le dire honnêtement, je me suis sentie visée…

Alors si vous le voulez bien, avant de vous parler de la cousette du jour, j’aimerais vous parler quelques instants de ce sujet: je ne l’ai jamais abordé sur le blog mais aujourd’hui j’aimerais mettre les choses à plat:

  • Je ne vis pas de mon blog, je n’en ai jamais vécu, je propose du contenu gratuitement et à disposition H 24 et c’est ma passion. J’ai commencé à publier des sew-along, j’ai bien envie de continuer, et les retours sont parfois infimes par rapport au travail fourni (les mêmes qui sont saoulées par les pubs sur Instagram, l’immédiateté et la surconsommation ne prennent pas la peine de laisser des commentaire sur les blogs avec des articles recherchés alors parfois on se demande pourquoi on fait tout ce boulot pour pas grand chose…). Parfois oui, il m’arrive d’être contactée par une marque qui me propose de m’envoyer un produit gratuitement : la plupart du temps je dis oui, SI ET SEULEMENT SI j’aurais accepté d’acheter le produit avec mon propre argent. Je ne suis JAMAIS rémunérée pour vous parler d’un article ou d’un patron sur mon blog, je ne suis JAMAIS forcée de parler ou pas de ce que je reçois sur les réseaux sociaux ou le blog, mon contenu n’est JAMAIS relu par une marque avant que je le publie et je n’ai JAMAIS eu aucune pression à ce sujet. Soyons clair, les enjeux sont quand même minimes en ce qui me concerne et ma liberté de ton est totale.

Mais je pose la question ici: est ce que c’est si mal de vivre de son blog ? (couture ou autre?) et si ça permettait à des personnes qui ne se reconnaissent plus dans leur travail de trouver une nouvelle voie et de s’épanouir? Il y en a peut être une ou deux dans la blogosphère et pour moi, ça ne les rend pas moins crédibles ni mois passionnées.

Quant à celles qui sont si critiques vis à vis des partenariats mais qui profitent de leur notoriété sur Instagram et leur blog pour lancer un shop avec des produits qu’elles cousent, haha, ça me fait (vraiment vraiment) doucement sourire: c’est pas un peu le même concept? Profiter de son audience pour d’une part recevoir des cadeaux, ou d’autre part revendre un produit, y a t il vraiment une si grosse différence que les unes sont des vendues et les autres simplement des filles qui aiment partager?

Bref, oui, je reçois parfois du tissu en cadeau (mais je vous rassure j’en achète beaucoup plus que je n’en reçois), mais ça ne change pas ma vie, mes ressources, ma façon de coudre, ni ma façon de voir mon blog, ni je ne ressens aucune pression pour en parler (je me répète mais je me sens totalement libre de mon contenu).

  • Je fais des tests de patrons (Deer and Doe, chez Machine et en tricot Lilofil pour les plus récents) et non des revues de patrons déjà testés et que je n’ai plus qu’à coudre et vous présenter: je reçois gratuitement la version test du patron, que j’imprime moi même en PDF et parfois mes versions tests sont foirées, le vêtement n’est pas portable (un détail bof, mauvais choix de tissu et j’en passe…) il ne reste qu’à jeter le tissu que j’ai utilisé (tissu qui provient de mon stock et que j’ai payé). C’est toujours avec les marques que j’apprécie que j’accepte de tester les patrons, donc la plupart du temps, je suis déjà convaincue au moment de recevoir le dessin technique: est ce pour autant que je suis vendue si j’ai un avis positif sur le patron ? Je ne pense pas…

Honnêtement, tester un patron de 16 €environ, ça ne me nourrit pas, ni ça ne remplit mon compte en banque, je trouve ça un peu fort qu’on dise que les blogueuses sont arrosées (on est pas non plus dans les blogs mode ou les chaînes youtube de beauté, il faut savoir raison garder).

Et tester un patron, est-ce que ça fait de moi une couturière anormale? Avant de devenir testeuse pour Deer and Doe j’étais déjà une immense fan de la marque et j’aimais tous les patrons sans exception… Du coup, forcément, quand un nouveau patron de cette marque sort, je suis facilement convaincue dès la réception du dessin technique: c’est mon style, ma taille, je me projette dedans…. Et du coup, j’aime vous en parler… Voilà, ça ne va pas beaucoup plus loin que ça… Ha si, il y a le plaisir de faire les photos pour Deer and Doe mais honnêtement, ça ne m’empêche pas d’avoir un avis sur la marque, j’ai un cerveau, j’arrive à voir si le vêtement me va ou pas (parfois il ne me va pas parfaitement mais je m’y sens bien et ça compte aussi…).

Et je sais faire la part des choses, j’ai une vie en dehors d’instagram et de mon blog (moi aussi!), et se faire critiquer pour partager sa passion mouais, c’est pas tellement plaisant…

  • Pourquoi il n’y a jamais d’avis négatif sur le blog: d’abord il y en a. Peu mais il y en a. Je préfère consacrer de l’énergie et du temps pour des choses qui peuvent me convaincre et vous inspirer, plutôt que de donner de la place ce qui ne me plaît pas et parler des cousettes non abouties. C’est comme ça que je vois les choses… Par exemple, j’ai été refroidie par un patron de “body” wear lemonade, j’ai donné mon avis honnête dans un de mes podcasts, et je trouve les patrons de cette marque souvent imprécis; autre exemple: je ne couds pas Aime comme Marie car je ne me reconnais absolument pas dans cette marque, tant dans les valeurs que dans les patrons souvent étroits même quand on choisit la bonne taille (j’en ai testé pas mal de la marque et j’ai du systématiquement tout mettre à la poubelle, sans parler des “scandales” ayant entouré la marque qui m’ont honnêtement rebutée de les coudre)… Je pense qu’il y a suffisamment de marques sur le “marché” des indépendants pour que chacune trouve son style et je trouve qu’on n’est pas forcément obligées de passer son temps à dire du négatif des marques qui ne nous correspondent pas (il y en a toujours), pour être forcément une personne honnête.

Parfois quand je lis les avis des nouveaux patrons sur Thread and Needles (le fameux fil de discussion sur les nouveautés patrons), je me dis que certaines n’ont absolument aucun respect pour les créatrices. On peut être honnête mais respectueu.x.se aussi. Je n’aime pas telle marque, mais je ne suis pas forcément là pour la sabrer un jour sur deux pour paraître plus “honnête”.

  • Pour le tissu c’est pareil: il m’arrive de moutonner, d’avoir envie du dernier tissu à la mode. Je me rends parfois compte de cette dérive, c’est parfois ridicule de nous voir coudre le même tissu encore et encore, j’ai conscience de cette overdose que je ressens aussi parfois. Et quand Rascol me propose 30€ sur leur shop et qu’en plus mes lecteurs peuvent aussi gagner un bon d’achat, pour moi c’est du gagnant-gagnant … Je vous fais pas un dessin mais c’est pas avec 30€ de fournitures qu’on se coud une garde robe entière hein! Le reste de mes commandes je les paye, et je suis une consommatrice comme vous, un peu dégoutée quand la viscose rose d’atelier Brunette froisse rien qu’en la regardant alors que le prix est faramineux. En revanche, la double gaze de la même marque que j’ai utilisée plusieurs fois est d’un confort absolue et d’une qualité de dingue, je ne vois pas pourquoi je me priverais de le dire… Bref, là aussi je pense qu’il faut remettre les choses dans son contexte: personnellement je n’ai encore jamais croisé personne qui porte un tissu Atelier Brunette dans la rue en même temps que moi, cette impression de faire “comme tout le monde” reste encore assez relative, non?

Bref, j’espère que vous aurez compris mon point de vue et sans forcément le partager, et j’aimerais à l’occasion avoir votre avis sincère:

  • les tests de patrons ça vous gonfle?
  • Les tests de tissus “connus” ça vous gonfle aussi?
  • Est ce que si je parle en positif d’un tissu ou patron vous trouvez ça forcément suspect?

 

Du coup, après tout ce bla-bla, j’aimerais quand même vous parler d’une nouvelle marque de tissu (haha j’ai presque l’impression que je vous fais une blague après tout ce que je viens de dire!!), qui m’a été envoyé gratuitement par MARS-ELLE.

Encore une fois je réitère: je n’ai pas été payée pour parler du tissu. On m’a proposé un coupon, que j’ai pu choisir parmi les motifs de la boutique, et je suivais déjà le compte de MARS-ELLE sur Instagram avant qu’elle me propose de tester ce tissu, tout simplement car sa démarche me parle.

Et au passage je remercie Sylvain, mon beau-frère préféré pour ces jolies photos de ma fille!

 

Pour être totalement transparente, j’ai reçu un mètre de ce tissu gratuitement, mais n’ayant pas d’obligation d’en parler sur les réseaux sociaux. Si je vous dis qu’il est joli, vous me tapez dessus? J’espère que non car je l’aime beaucoup. Ce que j’aimerais rajouter, c’est que personne ne vous force à l’acheter: je vous en parle, vous aimez, vous aimez pas, personne ne vous force…

J’aime beaucoup ce motif et j’ai hésité entre celui ci et les petites feuilles camel, qui est vraiment joli aussi. Pour info vous pouvez retrouver les jersey unis assortis à chacun des tissus à motifs sur le shop de MARS-ELLE, ce qui est quand même bien pratique!

C’est un jersey de coton (attention il est fin donc plutôt pour un tee shirt d’été, il est très respirant et très légèrement transparent, mais comme vous le voyez en tee shirt c’est parfaitement portable au quotidien sans rien dessous), que j’ai utilisé pour coudre un TROP TOP d’Ivanne S pour ma fille.

J’avais bien envie de me faire une cousette pour moi, je vous l’avoue, mais bon il faut être réaliste, je n’ai pas forcément besoin d’un énième plantain, et ma fille manque de Tee shirts dans sa garde robe (comme quoi, je ne suis pas toujours dans la surconsommation…).

J’ai dit oui pour recevoir ce tissu car moi même j’aime tester les tissus bios et il est rare de trouver du tissu bio, imprimé avec de jolis motifs, et fabriqué en Europe (en Grèce pour MARS-ELLE), je pense même que ça n’existe pas ! LE bémol de ce tissu: il est cher, 23€ du mètre.

Je sais que c’est beaucoup d’argent, mais dans un mètre de tissu, j’ai pu couper ce trop-top ET un sort que je n’ai pas encore terminé de coudre pour ma fille. Il me reste quelques chutes pour faire des lingettes démaquillantes. Du coup, je pense que si on compte pouvoir faire deux vêtements, dans un mètre, ça revient à une dizaine d’euro par vêtement, ce que je trouve carrément plus que raisonnable pour du bio et Ethique…

 

 

Je suis partie sur la taille 12 ans pour ma mini miss de (presque) 11 ans et depuis que je l’ai terminé, elle le porte tout le temps. Apparemment il est top confort (je n’ose à peine dire ça au risque de passer pour une vendue mais bon ma fille me l’a dit donc je répète !).

Rien à dire sur ce trop top, qui est parfaitement expliqué (revers aux manches, encolure relevée, col rond, version plus ou moins classique), comme tous les patrons d’Ivanne, je ne vais pas faire un article fleuve car je crois que tout a été dit sur ce patron. L’encolure est un poil grande comme vous le voyez sur les photos mais ma grande fille est assez “petite” pour sa taille et j’aurais du couper une bande d’encolure un peu moins longue pour ce jersey. Elle le porte légèrement tombant sur l’épaule car elle aime énormément ce rendu.


J’ai proposé à MARS-ELLE de répondre à une petite interview que je vous laisse lire juste en suivant, j’espère que ça vous plaira:

– Peux tu nous parler un peu de toi et de ta marque de tissu?
Je suis une amoureuse de la couture depuis plus de 4 ans. Dès que j’ai touché une machine à coudre, j’ai été comme ensorcelée. J’ai de suite cousu mes vêtements et très vite j’ai décidé de ne plus en acheter en magasins. En vrai j’achète environs 1 ou deux pièce de vêtements par an…héhéhé je ne suis pas contre un achat de temps en temps, pourvu que je ne sache vraiment pas le faire moi même ou que j’en ai vraiment besoin la maintenant tout de suite😉. La couture a une très grande place dans ma vie. Mais plus que la couture, j’aime le textile. J’en aime les textures, les couleurs, la douceur, rondeur, le toucher, le tomber…. Je suis fascinée par la variété et par ce que les tissus racontent des histoires et des cultures des endroits où ils ont été créés!
– Pourquoi du tissu biologique, quelle a été ta démarche, ton déclic pour te lancer dans cette aventure?
 j’ai beaucoup voyagé et j’ai vécu dans plusieurs pays et continents. Vivant dans des cultures et dans des mondes parfois très différents,  les questions sur mon empreinte écologique ont de plus en plus trouvées un écho en moi. Cela a impacté ma manière de consommer, de me nourir, de voyager mais aussi de coudre. Et, parce que j’adore les tissus à motifs mais que je n’en trouvais pas beaucoup qui soient bios et ethiques, j’ai décidé de créer Mars-ELLE. Je l’ai voulu entièrement biologique et éthique.  Mélangeant les unis et les imprimés. La première collection est en jersey 100% coton. Mais pour la suite la marque va se diversifier. Tant dans les types de tissus, que sur les matières premières.  J’ai tellement  de chose à vous dire sur Mars-ELLE, je pourrais en parler des heures!
– Est- ce que tu dessines toi même les motifs de tes tissus (je connais la réponse mais je pense que ça intéressera les lectrices!)?
Ouiiiiii.  C’est une des étapes que j’ai adoré dans la réalisation de cette première collection. Certes c’est un peu intimidant. Partir d’une idée, presque un rêve, et arriver à concrétiser les lignes, les couleurs et les motifs de ce que j’avais en tête. Avant de me lancer dans la création des motifs je me suis d’abord formée aux outils de dessin informatiques (et ça m’a pris un certain temps…). Certains des motifs sont réalisés à la main et d’autres sont entièrement créés sur ordinateur (saurez vous dire lesquels?). Cette phase de création à été presque magique.  Je me sentais porée  par un Flow créatif.  J’ai hâte de recommencer cette phase pour une prochaine collection!
– Qu’est ce qui t’inspire?
Pour les tissus je suis très inspirée par les choses qui m’entourent, que je côtoie au quotidien. Pour cette collection (et pour la suivante aussi), je me suis créé un petit univers. Seul certains éléments se trouvent dans les motifs, mais ce mini univers très personnel me rassure!
Et pour la couture, je consomme énormément de blogs (longue vie aux blogs couture) et bien sûr Threadsandneedles.
– Peux tu nous en dire un peu plus sur la fabrication du tissu? Où sont ils fabriqués? 
Je voulais des tissus fabriqués en Europe. Le coton est cultivé et tissé loin de chez nous, dans des pays plus chaud. Mais il est tres important pour moi de supporter lindustrie du textile européenne. Ce n’est pas si simple de vouloir produire son tissu en Europe (mondialisation et délocalisation, Bonjour. …), mais j’ai finalement trouvé un fournisseur en Grèce certifié GOTS qui fait ce très beau Jersey. Quand on fait des petites quantités comme Mars-ELLE et qu’on a des exigences en termes de qualité et de provenance, la recherche d’un fournisseur est très compliquée!
– Penses tu faire des éditions de tissus dans la durée, ou plutôt des collections par saisons? 
A priori je pense éditéer chaque collection une seule fois. Mais je sais déjà que je serai un peu triste de ne plus voir vivre certains motifs. Les motifs actuels sont édités en très petites quantités (entre 30m et 70m). Mars-ELLE est une entreprise à taille humaine (d’une seule humaine d’ailleurs😉) et en vrai de vrai, je ne m’interdis rien. C’est ça le plaisir de se lancer dans cette belle aventure : pouvoir changer d’avis, et de m’adapter à vos envies aussi!!

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

**** Myosotis de Deer and Doe, le sew-along! ***

Je crois que je voudrais vous écrire de mon joli champ de blé.

Il y a un souffle léger et chaud, il n’y a pas de bruit, juste le soleil qui me réchauffe et ces épis dorés dans lesquels s’épanouissent les coquelicots.

Le parfum de l’été, celui des vacances et des moissons, des machines qui laissent une odeur de paille fraîche dans les champs.

Chaque année, c’est le début des moissons qui me fait rentrer dans l’été, ambiance de récolte jusqu’à la nuit, qui me fait penser à des jours sans fin.

Robe Myosotis de Deer and doe en version grande taille, tencel les coupons saint Pierre et Sew Along en vidéo



Et comme pour les moissons, chaque été en couture, c’est la même rengaine dans ma tête: j’ai soudainement envie d’une robe en chambray, en tencel, couleur bleu jean, comme celle ci de Sandra, celle ci chez Anna, celle ci chez Emilie, ou encore la version de présentation de la robe Centaurée sur le shop de Deer and Doe…

Et chaque fois c’est le même problème: je n’a pas le tissu en stock / je ne me décide pas sur le patron (centaurée, Alder dress, plein de possibilités, des millions même, tellement que je change d’idée chaque 5 minutes…

Mais cette année, c’était décidé, j’allais l’avoir ma robe couleur bleu jean! 

J’ai anticipé au printemps où j’avais craqué sur un joli tencel chez les coupons de Saint Pierre, et je n’arrivais (toujours pas) à me décider sur le patron. 



J’avais très envie d’une Myosotis, mais j’en ai déjà deux en version robe plus une version blouse, ne faudrait il pas passer à autre chose? Et puis je lis vos blogs, je passe sur vos comptes instagram et je me rends compte que nous sommes nombreuses à trouver d’immenses qualités à cette robe…

Alors finalement, je ne voyais aucune autre robe dans mon coupon et je me suis lancée, sans me mettre plus de barrières. En plus, c’est une robe simple, facile à réaliser, alors pourquoi se priver?

Il faut dire aussi que la version de Camille m’a fait rêver et que je voulais la même (rendons à César…)!

Comme je sais qu’un sew-along est en cours pour Myosotis dans le groupe Facebook des Addict de deer and doe («  je suis venu te deer and doe qu’on se fait des sew along » ), je me suis dit qu’avant les vacances, les départs vers la chaleur, le soleil elle farniente, il serait sympa de vous proposer de la coudre avec moi!


Je ne reviens pas sur la coupe de cette robe, toujours un peu oversize (mais cette fois j’ai un peu atténué le côté oversize du corsage en diminuant l’ampleur des côtés), avec une jupe froncée et un joli décolleté en « V ».

La taille du vêtement est ma taille habituelle chez Deer and Doe, mais j’ai fait quelques adaptations, dues à mon tissu un peu lourd et qui a tendance à plomber le rendu:

  • J’ai cousu les côtés du corsage à 2,5 cm du bord au lieu des 1,5cm préconisés, ça permet de cintrer un peu la robe
  • J’ai enlevé 3 cm de longueur au niveau de l’ourlet, je voulais vraiment une robe d’été plutôt courte.
  • Comme pour ma Myosotis brodée (article ici),j’ai directement cousu les boutons sur l’encolure car la robe est facile à enfiler et puis je suis une fainéante 🙂 . 

Les boutons viennent de mon stock perso, ils sont blancs nacrés, tout ce qu’il y a de plus classique!

Je vous laisse donc avec la vidéo de « Sew along » de Myosotis, et j’espère de tout coeur qu’elle vous plaira!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

**** Ma dernière vidéo Youtube ****

Coucou!

Pour bien finir le week-end, je vous propose de regardera dernière vidéo Youtube!

Mes 5 dernières créations coutures et un petit bonus!

Mon Compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/elodiebluebe…

Les ouvrages qui sont présentés dans la vidéo sont les suivants:

– Charlie Caftan en double gaze Atelier Brunette, achetée sur le site mercerie Rascol

* https://store.closetcasepatterns.com/…

* https://www.rascol.com/A-269308-tissu…

Allez faire un tour sur mon compte Instagram (elodieblueberry), je vous propose un bon d’achat d’un montant de 25 € à gagner sur la boutique Rascol Si vous voulez 5% de réduction sur votre première commande RASCOL, créez votre compte en mettant mon mail (petitange44@hotmail.com) en tant que marraine.

– Robe Stasia Dress avec un jersey marinière provenant de @lamercerie_larochelle (sur instagram),

– Chemise VITAMINE Ivanne S en vichy provenant de la mercerie 36 bobines,

* https://www.ivanne-s.fr/produit/chemi…

* http://www.36bobines.com/cotonnade/78…

– Top Lucia Sew Over It (le patron n’existe qu’en anglais) en jersey vieux rose provenant du site The Sweet Mercerie, * https://sewoverit.co.uk/product/lucia…

* https://www.thesweetmercerie.com/tiss…

– Robe Mana, Chez Machine Patterns, en viscose Dusty Cedar provenant du site Little Fabrics

* http://chezmachine.bigcartel.com/prod…

* https://www.littlefabrics.com/viscose…

Si vous souhaitez passer votre première commande sur le site de Little fabrics et obtenir une réduction de 5€, je vous propose de vous parrainer, avec mon adresse petitange44@hotmail.com

Pensez-y en passant votre commande!

Mon article de blog à propos de la robe Mana: http://elodieblueberry.fr/robe-mana-n…

– Robe Clarisse Chez Machine Patterns, en coton rayé Papa pique et maman coud acheté en déstockage,

* http://chezmachine.bigcartel.com/prod…

Parution dans le magazine Passion couture créative n°21

* https://www.facebook.com/Passioncoutu…